Quels seront les impacts de la crise sanitaire sur la pratique du coworking ?

Anne-Laure Le Nadant (Univ Rennes, LiRIS), Clément Marinos (Univ Bretagne Sud, LEGO), Gerhard Krauss (Univ Rennes, ESO)

A l’ère du numérique, le monde du travail se transforme avec une cadence inédite. Bien qu’encore minoritaire, le travail indépendant et entrepreneurial connaît une progression depuis le milieu des années 2000 (INSEE, 2019). Dans notre société « hypermobile », une fraction grandissante des travailleurs qualifiés (entrepreneurs individuels, travailleurs indépendants, salariés en télétravail), particulièrement sensible aux questions environnementales et à la qualité du cadre de vie, cherche à se libérer des conditions de travail imposées jusqu’ici (lieu, cadre, horaires). Les outils numériques fournissent un levier puissant pour décider librement où, quand et comment ils vivent et travaillent, leurs projets professionnels et de vie ne faisant qu’un. On parle ainsi de projet global (Saleilles, 2006). Alors qu’ils pourraient travailler à leur domicile, en « home office », certains de ces travailleurs ont choisi de pratiquer le coworking (Krauss et Tremblay, 2019). Depuis une quinzaine d’années, des espaces de travail collaboratif sont apparus un peu partout, dans les métropoles (Fabbri et Charue-Duboc, 2016), mais aussi dans les villes petites et moyennes et en zone rurale (Le Nadant, Marinos et Krauss, 2018), offrant à cette population un nouveau cadre de travail choisi, consenti.

La crise sanitaire du COVID-19 pourrait, toutefois, modifier durablement les pratiques professionnelles des coworkers qui auront été contraints de travailler chez eux pendant plusieurs semaines. La proximité géographique (Gilly et Torre, 2000 ; Rallet et Torre, 2004), nécessaire au développement des activités professionnelles collaboratives, a dû, pendant le confinement, être remplacée par la proximité électronique (Loilier, 2010 ; Le Nadant et al., 2018). Cette proximité électronique se définit comme la possibilité pour les acteurs de consulter, échanger et élaborer des données informatisées en temps réel ou différé via les technologies de l’information et de la communication (TIC). La généralisation de l’utilisation des TIC pendant le confinement a joué un rôle crucial dans le maintien des différentes activités professionnelles, en permettant de s’affranchir des distances. L’avantage de la proximité géographique, qui réside dans la réduction des coûts de coordination inhérents à la collaboration, a pu, pour les coworkers ayant réussi à maintenir leur activité professionnelle depuis chez eux, s’estomper voire, pour certains, disparaître. Il est donc possible que des coworkers décident de ne plus ou de moins fréquenter les espaces de coworking après la crise sanitaire, cette fréquentation ayant certainement aussi un coût difficile à assumer dans un contexte de récession économique.

A l’inverse, d’autres auront pu subir cette situation de profond isolement et consolider leur choix d’exercer leur activité en espace partagé. Cette crise sanitaire pourrait favoriser le développement du coworking, en particulier hors métropoles. En effet, les coworkers métropolitains pourraient, après une longue période de confinement dans des lieux de vie relativement exigus, modifier leurs choix professionnels et de modes de vie, afin de mieux concilier activité professionnelle et projet de vie plus global. Des mobilités résidentielles et professionnelles vers des territoires hors métropoles et l’arrivée de nouveaux coworkers dans des villes petites et moyennes ou à la campagne, que l’on observe déjà, pourraient ainsi être largement amplifiées. Par ailleurs, la pratique du coworking pourrait se développer parmi les salariés qui auront expérimenté le télétravail au cours de la période de confinement, avec des modes de management contraints de s’assouplir et d’évoluer. En effet, la crise du COVID-19 touche de plein fouet l’organisation du travail dans son ensemble. Elle devrait accélérer la numérisation du travail et le développement du télétravail, déjà expérimenté par de nombreux salariés français lors des grèves de l’hiver dernier. La pratique du coworking pourrait ainsi se diffuser plus largement dans la société et, suite à l’expérience généralisée du télétravail, elle pourrait entrer plus profondément (et durablement) dans les mœurs et les institutions. La question est ainsi de savoir si, à l’issue de cette crise sanitaire majeure, le coworking se développera à une échelle plus large et deviendra un modèle d’avenir. L’objectif de notre article est de proposer une réflexion prospective sur l’évolution de la pratique du coworking après la crise sanitaire.

Dans le cadre du projet PERI#WORK financé par l’Agence Nationale de la Recherche, une enquête auprès des utilisateurs d’espaces de coworking est en cours (France, Allemagne, Canada). L’un des objectifs de cette enquête internationale est de mesurer les effets de la crise sanitaire du COVID-19 et du confinement sur les pratiques professionnelles des coworkers. Elle nous permettra de mener une analyse prospective à partir des projections des coworkers sur l’avenir. Nous chercherons, tout d’abord, à savoir si les coworkers ont pu maintenir, de manière satisfaisante, leur activité professionnelle en télétravail à domicile. Nous identifierons les avantages et contraintes que cette situation de travail a occasionnés pour les coworkers ainsi que les changements qu’ils envisagent d’opérer, après la crise, dans leur vie personnelle (mobilités, modes de vie, changement de lieu de résidence, prise en compte de l’écologie, etc.) et professionnelle (changement de statut, de métier, etc.). En particulier, nous évaluerons les effets attendus de la crise sur leur organisation du travail et la poursuite de leur parcours professionnel. En définitive, l’étude permettra de savoir si les espaces de coworking joueront à l’avenir un rôle plus ou moins important dans la vie personnelle et professionnelle des coworkers.

Bibliographie

Fabbri J. et Charue-Duboc F. (2016), « Les espaces de coworking : nouveaux intermédiaires d’innovation ouverte ? », Revue française de gestion, vol. 1, n° 254, p. 163-180.

Gilly J.P. et Torre A. (2000). Dynamiques de Proximité, L’Harmattan, Paris.

Krauss G. et Tremblay D-G. (dir.) (2019). Tiers-lieux. Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs…, Rennes, PUR, Coll. Espace et Territoires.

Le Nadant A-L, Marinos C. et Krauss G. (2018), « Les espaces de coworking. Le rôle des proximités dans les dynamiques collaboratives », Revue française de gestion, vol. 3, n°272, p. 121-137.

Loilier T. (2010). « Innovation et territoire. Le rôle de la proximité géographique ne doit pas être surestimé », Revue française de gestion, vol. 36, n°200, p. 15-35.

Rallet A. et Torre A., (2004). « Proximité et localisation », Économie rurale, vol. 280, n°1, p. 25-41.

Saleilles, S. (2006). « L’imbrication projet de vie / projet entrepreneurial chez les entrepreneurs néo-ruraux », Management et sciences sociales, 1 (1), p. 57-68.

Cet article a été rédigé à la suite d’un appel à contributions flash de la Revue française de gestion dans le contexte de la crise sanitaire engendré par le virus responsable de l’épidémie de Covid-19.

Enquête Coworking

Nous lançons une grande étude sur l’impact des espaces de coworking (et autres espaces de travail collaboratif) sur la mobilité et les pratiques de travail de leurs utilisateurs.

Compte tenu de la situation exceptionnelle actuelle, il est très important de contribuer à la compréhension de l’impact – en cours et à venir – de la crise sanitaire du COVID-19 et du confinement sur les pratiques de coworking et sur la relation entre coworking et télétravail à domicile.

Notre enquête est destinée à l’ensemble des coworkers en France. Elle comporte deux parties. La première vise à identifier les principaux changements opérés dans les pratiques professionnelles des coworkers depuis le début de la crise. La deuxième s’intéresse aux pratiques de mobilité et de travail des coworkers, en temps normal, c’est-à-dire avant la crise sanitaire.

Si vous êtes un utilisateur régulier ou occasionnel des espaces de travail collaboratif, voici le lien pour participer à l’enquête :
https://enquetes.univ-rennes2.fr/limesurvey/index.php/483463?lang=fr

Les principaux résultats de notre enquête seront disponibles dans le courant du mois de juin. Nous espérons qu’ils seront utiles pour éclairer les réflexions prospectives sur le coworking.

Tiers-lieux : des dynamiques singulières pour les centres-villes et centres-bourgs

La solution à la désaffection des centres-bourgs ne devrait-elle pas passer par la mise en place de nouveaux processus ancrés dans les changements sociétaux en cours ? Rappelons les mots de Françoise Choay qui contextualisent l’émergence des tiers-lieux dans les territoires : « Le siècle de l’urbanisme commence au moment où […] pour la première fois, on se pose la question de l’aménagement global des villes et de leur relation avec le territoire […] il a effectivement duré […] un siècle ». « En dépit des terminologies en usage, nous avons désormais quitté l’époque des métropoles pour nous engager […] dans l’ère de l’aménagement réticulé » 1 

Nos modes de travail évoluent avec le développement des outils numériques. La déconnexion entre lieu de vie et lieu de travail devient possible pour un nombre croissant de travailleurs numériques, appelés en anglais « independant location workers ». Ces mutations en cours, qui engendrent de nouvelles mobilités, sont renforcées par le besoin éprouvé par certaines familles de « quitter la métropole » souvent stressante, polluée et mal adaptée à leurs besoins et leur rythme de vie. De nombreux territoires, des plus ruraux aux périphéries urbaines, accueillent aujourd’hui parmi leur population des professionnels « indépendants au lieu de travail » qui contribuent à renouveler leurs bases productives. Répondant à une demande de sociabilité de leur part, on assiste depuis les années 2010 à un mouvement de création de lieux appelés tiers-lieux, dont font partie les espaces de travail collaboratif (« coworking ») et les laboratoires de fabrication (« fablabs »). Au-delà des postures qui opposent villes et campagnes, dans quelle mesure faut-il voir dans ce phénomène une opportunité de développement pour les centres-villes et centres-bourgs en recherche d’innovation urbaine ?

Réseaux

On connaît aujourd’hui l’influence des réseaux socio-économiques sur les capacités de développement des territoires. À travers la circulation d’informations et de ressources qu’ils mettent à la disposition de leurs membres, ils contribuent à aider les entreprises et les entrepreneurs à mener à bien leur projet et, par la même occasion, à créer de l’activité économique. La réussite d’un territoire comme les Herbiers en Vendée2 ou Vitrée en Ille-et-Vilaine est souvent attribuée à sa capacité à « faire réseau », c’est-à-dire à intégrer un maximum de parties-prenantes locales vers des dynamiques communes. Un autre attribut des réseaux a trait à leur propension à faire adhérer au projet local ou projet de territoire3 . Faire partie d’un réseau d’entreprises active le sentiment d’appartenance au territoire. Aujourd’hui, chaque ville et presque chaque village se dotent de ce type d’outils pour fédérer les forces vices présentes localement (association des commerçants, club de dirigeants d’entreprises, etc.). La Bretagne en compte par exemple plusieurs centaines, présents à toutes les échelles de territoire.
Parallèlement à ces dynamiques relativement anciennes mais néanmoins toujours très actives, on observe depuis quelques années de nouvelles formes de réseaux qui émergent aussi sur les territoires, y compris les plus modestes et périphériques. Il s’agit des tiers-lieux qui doivent être considérés tant comme des infrastructures sociales que des lieux physiques. « Usines à fabriquer du lien social », les tiers-lieux favorisent les interactions et les collaborations à l’échelle locale. Ils sont vecteurs de partage et de mutualisation de ressources. On comprend donc les raisons pour lesquelles ils suscitent une attention grandissante de la part des décideurs publics locaux. Reste que, créer son propre tiers-lieu ne suffit pas pour voir sa ville ou son village s’animer et son tissu économique ravivé.

Initiatives locales

La recherche en sciences sociales sur les tiers-lieux montre qu’il s’agit en priorité pour les décideurs publics locaux d’identifier les initiatives communautaires et, le cas échéant, de les soutenir. La mise à disposition du foncier communal pour les porteurs de projet, même si elle reste un élément nécessaire, ne s’avère souvent pas suffisante pour impulser les dynamiques socio-économiques. Le succès des tiers-lieux vient aussi et surtout de la capacité des membres de la communauté à s’approprier l’espace. Cette conscience du lieu fait partie intégrante du processus d’émergence et permet, bien souvent, d’assurer leur pérennité. Verrait-on un tiers-lieu se développer au fond d’une galerie marchande ? C’est sans doute pour cette raison que le bâtiment, voire le site, dans lequel se situe le tiers-lieu est perçu comme extrêmement important pour les animateurs fondateurs : « ce bâtiment, c’est notre fierté » peut-on entendre lorsque l’on discute avec ces derniers.
Il s’agit donc pour les collectivités locales, souvent propriétaires de foncier vacant de faire confiance aux porteurs de projet qui souhaitent investir un lieu, quitte à prendre un risque. L’identité du lieu doit être forte, faire sens et marquer la présence sur et pour le territoire. Parallèlement, les qualités patrimoniales du lieu ou du bâtiment favorisent l’intégration du tiers-lieu dans un récit collectif.

Le Site de la Fabrique du Loch - Auray (56). © La Fabrique du Loch
Le Site de la Fabrique du Loch – Auray (56). © La Fabrique du Loch

Les exemples ne manquent pas. Dans le Morbihan, le fablab d’Auray, « La Fabrique du Loch », situé dans l’ancien Hôtel-Dieu (XVIIe siècle) en cœur de ville, est ainsi devenu, en quatre ans, un lieu emblématique pour toute une frange de population de la petite ville et compte aujourd’hui plusieurs centaines de membres. À dix minutes du centre de Caen, à Colombelles, en Normandie, la « Grande Halle » abrite un tiers-lieu d’ envergure régionale, géré par l’association « Le Wip ». Ce lieu coopératif, accueille, dans un ancien site industriel, des entreprises, des artistes, des services aux habitants, des espaces de loisirs, des événements grand public, avec des valeurs tant sociales qu’éco-responsables. Trente après sa désaffection, le site industriel est ainsi réinvesti. Il contribue, à la fois à renouveler l’activité sociale et économique et à prolonger un récit collectif territorial, les deux étant intimement liés.

La Cocotte Numérique - Murat (15). © La Cocotte Numérique et Google Map
La Cocotte Numérique – Murat (15). © La Cocotte Numérique et Google Map

De plus en plus de villages et de petites cités comme Murat dans le Cantal, avec « La Cocotte numérique »4 , voient leur tiers-lieu devenir un équipement social structurant, au même titre que la mairie, le café, la boulangerie ou encore l’église. On voit même, ici et là, des églises désacralisées requalifiées en espaces de coworking !

Centralité

L’importance de la centralité mérite par ailleurs d’être soulignée en ce qui concerne les tiers-lieux. Si leur fonction de réseau les conduit à devenir des nœuds en termes d’information, ils le sont tout autant en matière de circulation des flux physiques et de rencontres. Dès lors, plusieurs motifs invitent à les considérer comme des leviers pour la revitalisation urbaine. Premièrement, ils contribuent à lutter contre l’étalement urbain en ramenant l’activité économique au centre de la cité ou du village. Deuxièmement, ils constituent une réponse, parmi d’autres, à la lutte contre la vacance commerciale. Troisièmement, ils participent aux renouvellement urbain et à la requalification de certains quartiers en reconversion (on pense ici aux friches industrielles). Enfin, et c’est peut-être le point le plus important, par les relations sociales qu’ils produisent, ils sont porteurs de convivialité, de création de vécu pour les habitants et, par extension, d’une forme de réappropriation des centres5 .
En définitive, les tiers-lieux offrent l’opportunité de revaloriser, au sens de redonner de la valeur, les centres-villes et centres-bourgs, à travers les échanges et les collaborations qu’ils génèrent. Ils doivent en effet être considérés comme des lieux d’ancrage d’où émerge un capital social à l’échelle locale par l’activation des proximités (géographiques mais aussi sociales, culturelles et organisationnelles) et la réduction des distances entre les membres d’une même communauté de destin que forment les habitants d’un territoire.

1 Extrait de l’interview de Françoise Choay introduisant le numéro exceptionnel de la revue Urbanisme « Le XXe siècle : de la ville à l’urbain » / Novembre 1999. 

2 Voir par exemple l’article “Les Herbiers, pays du plein emploi” dans Alternatives économiques: https:// alternatives-economiques.fr/herbiers-pays-du-plein-emploi/00086388. 

3 C. Marinos & S. Le Gall. (2018). Les réseaux d’entreprises locaux : un vecteur d’empowerment territorial. Géographie, économie, société, 20(3), 343-358. 

4 La Cocotte numérique est un équipement géré par Hautes Terres Communauté dont fait partie Murat. 

5 « Conjuguer Wi-Fi et patrimoine : pour revitaliser nos petites villes » Article paru dans Ouest France le 24 août 2018.

Alain MARINOS Président honoraire de l’ANABF et délégué national de l’association des Petites cités de caractère de France.

Clément MARINOS Maître de conférences en Économie, chercheur au LEGO EA2652, Université Bretagne Sud, Membre de M@rsouin.

Texte publié en septembre 2020.

Pour retrouver le texte, cliquez ici

Pour voir l’intégralité de l’intervention de Clément Marinos au colloque Alliances, cliquez ici

Parution de l’ouvrage « Tiers-lieux, Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs… »

Épiphénomènes d’une mutation sociétale, fruits de l’économie numérique, les tiers-lieux interpellent les décideurs publics territoriaux sur l’attitude à adopter, de l’intérêt bienveillant à une tutelle complète. Ce livre présente un matériau empirique original sur cette réalité émergente, encore mal connue. Il pose de nouvelles questions, encore peu traitées dans la littérature, en s’intéressant à la trajectoire sociale des fondateurs d’espaces de coworking, aux nouvelles manières des jeunes générations de travailleurs du numérique de conjuguer leurs aspirations de liberté et d’épanouissement dans les domaines professionnel et privé, ainsi qu’à leurs nouveaux rapports à la collaboration, au travail, au territoire, à la mobilité et aux questions écologiques.

Sous la direction de Gerhard Krauss et Diane-Gabrielle Tremblay

Presses Universitaires de Rennes

En coédition avec les Presses de l’université du Québec.

Avec le soutien de la MSHB.

Travailler à la marge ?

Ce carnet accompagne les travaux du programme de recherche ANR-PERI#WORK : « Travailler à la marge ? Les espaces de travail collaboratif comme nœuds d’un
nouveau système de mobilités hors métropole », débuté en octobre 2018.

Corollaire de l’économie numérique, l’espace de travail collaboratif a essaimé des centres métropolitains vers leurs périphéries proches et éloignées, et vers les petites villes. Ce phénomène récent offre à ces territoires de nouvelles perspectives certes exigeantes, mais prometteuses. L’économie du savoir a produit des actifs indépendants, nomades et ultra-connectés – les location independent workers, à la recherche de nouveaux modes de vie et rebattant les cartes des rapports au travail, au logement, à la mobilité. L’espace de travail collaboratif périurbain ou non métropolitain crée des « nœuds », recoupement de réseaux et de créativité. Il interpelle les décideurs territoriaux sur les nouveaux défis des politiques publiques, y compris sur la question de l’environnement. L’espace de travail collaboratif, s’inscrira-t-il dans le temps et sur son territoire ? Quel est « l’ADN sociologique » des utilisateurs ? Quelles synergies s’y développent ? Une équipe de recherche pluridisciplinaire canadoeuropéenne rencontrera ces nouveaux travailleurs dans leurs espaces de travail collaboratifs pour, au-delà du phénomène, étudier les prémices d’un changement de société.

Projet financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR), s’inscrivant sur une durée de trois ans (octobre 2018 à septembre 2021) et coordonné par Gerhard Krauss (ESO-Rennes UMR CNRS 6590)

Partenaires : ESO-Rennes UMR CNRS 6590, LiRIS EA 7481 (Université Rennes 2), LEMNA EA 4272 (Université de Nantes), TVES EA 4477 (Université de Lille), LEGO EA 2652 (Université Bretagne Sud), ARUC et Université TÉLUQ (Montréal), York University – Glendon Campus (Toronto), Université McGill (Montréal), Université de Moncton.