Les Autres Lieux d’Entrepreneuriat et de Salariat en territoire rural

Pascal Glémain, Valérie Billaudeau

-1- Introduction

Les pratiques de travail et les modes d’entreprendre se transforment en profondeur parce que le modèle économique reposant sur la seule croissance endogène ne génère plus un emploi salarial de masse. Pour combler la problématique du chômage structurel, voire d’hystérèse selon certains économistes, la valorisation du travail indépendant semble apporter une réponse et engendre ainsi des modes d’organisation qui se réinventent. Travailler et/ou entreprendre repose à la fois sur les capacités d’une seule personne et sur ses aptitudes à rentrer dans une dynamique collective (Johannisson, 2002 ; Verstraete et Fayolle, 2005) : démarche socialisée (Boutillier et Uzunidis, 2016), insertion dans un réseau social (Aldrich et Zimmer, 1986 ; Chabaud et Ngijol, 2010) ou encore dans des équipes entrepreneuriales (Shepherd et Krueger, 2002). C’est pourquoi le développement d’Autres Lieux d’Entrepreneuriat et de Salariat (que nous appellerons « ALES » dans cet article) pour travailler de façon collaborative et partagée (co-working, Fab Lab, Fabriques, etc.) semble faciliter la rencontre entre des personnes relativement hétérogènes dans leurs processus entrepreneurial ou salarial. Certains auteurs soulignent la socialisation des individus qui bénéficient des effets de réseau produits dans ces ALES, ainsi que la constitution de véritables « communautés » (De Vaujany, 2015-2016) se formant grâce à la création de relations de confiance, d’entraide et de valeurs partagées, voire de dynamiques de collaboration (Fabbri et Charue-Duboc, 2013, 2016 ; Fabbri, 2015 ; Garrett et al., 2017), rassemblées en un même lieu, sur un territoire donné.

En cherchant à mutualiser « autrement » les risques entrepreneuriaux ou de solitude du travailleur isolé, les « nouveaux entrepreneurs » et les « nouveaux travailleurs » sont en quête de ces ALES, c’est-à-dire de communautés de proximités (sociales et géographiques) pour se retrouver, articuler, réguler des solitudes et des projets indépendants les uns des autres, mais territorialisés, au sein d’un « lieu commun » qui permette la territorialisation (opérationnaliser la territorialité). La géographie relationnelle, ou « Humanistic Geography » (Glémain, 2020), pose la question du « lieu » comme objet et méthode de compréhension du territoire, de son développement durable (économiquement viable, socialement responsable et respectueux de l’environnement, avec une gouvernance participative).

Les projets d’ALES ont des objectifs variés entre des entrepreneurs qui ont identifié une opportunité de marché qu’ils souhaitent tester, des salariés en quête de présences physiques, et des responsables de collectivités territoriales (élus) qui y voient un nouveau moyen de créer ou de maintenir de l’emploi sur leur territoire, ou bien de grandes entreprises qui envisagent un « autre » support pour une forme de salariat nomade, telle que le télétravail, accentuée par la pandémie de Covid-19). Par conséquent, il s’agit de chercher à mieux comprendre le langage « du » lieu et de ce qu’il produit d’actions individuelles et/ou d’actions collectives sur un territoire. Ainsi, nous proposons, à travers notre panel d’ALES, d’identifier leurs spécificités en milieu rural. Ces espaces de travail d’individus portant chacun une activité économique salariée ou entrepreneuriale permettent-ils de déborder sur le territoire ? Vont-ils avoir la capacité d’agir pour une cause commune ayant des impacts sur leur environnement ?

Pour répondre à ces questionnements, nous nous fondons sur un échantillon d’exemples d’ALES situés en milieu rural et impliquant une dimension de mobilité pour accéder à ces lieux, qui nous semble significatifs. Nous proposons de déterminer les spécificités des ALES au sein de territoires ruraux à travers deux axes ; le fonctionnement en interne à partir de leur organisation et de leur intention de fonctionner en co-opération (organisationalité) tout en nous inspirant des travaux en milieu urbain (Leducq et Ananian, 2019).

-2-
Caractéristiques des Autres Lieux d’Entrepreneuriat et de Salariat en milieu rural

Les Autres Lieux d’Entrepreneuriat et de Salariat (ALES) se développent dans l’ensemble des territoires avec des caractéristiques émanant d’études auprès d’expé- riences urbaines. Ainsi, les spécificités des ALES ruraux nous semblent importantes à interroger avec ce que produisent eux-mêmes ces lieux pour leurs animateurs et leur environnement.

2.1. Se situer dans les lieux, les espaces, les tiers lieux : une nécessaire approche critique.

Travailler hors les murs de son entreprise (Oldenburg, 1989) ou en dehors de son domicile (Suire, 2013) est devenu « tendance » avec la multiplication de lieux et d’espaces dédiés. Considérés comme de « nouveaux » espaces de collaboration du fait de la « révolution industrielle 4.0 » et l’importance du numérique, certains jugent ces lieux et espaces comme le résultat d’un effet de mode, soutenu par la sphère publique. Pour autant, les maisons de quartier, les clusters, les Pôles Territoriaux de Coopération économique (PTCE), n’étaient-ils pas (déjà) des lieux propices aux rencontres, aux interactions, à la convivialité pour développer des projets ensemble sur un territoire de vie (espace vécu et perçu) donné ? Dans leur « état des connaissances sur les tiers lieux », Scaillerez et Tremblay (2017) font ressortir des caractéristiques avec un travail qui ne se passe ni dans l’entreprise, ni au domicile mais, dans un « tiers » lieu (Oldenburg, 1989) ; une accessibilité du lieu et à tous types d’activités (Oldenburg 1999) ; un lieu convivial (Guenoud et Moeckli, 2010) propice au partage de connaissances (Liefooghe et al., 2016), un lieu de travail et d’entrepreneuriat mais pas que. La dimension collective de l’entrepreneuriat et des projets au sein de ces lieux s’appuie sur les dynamiques interactionnelles avec les différentes parties prenantes (Trupia, 2016) qui facilitées par la proximité produite par le « lieu ». Ces interactions se réalisent de façon formelle ou informelle, par le biais d’échanges d’idées, d’informations ou de connaissances (Krauss et Tremblay, 2019). D’autres chercheurs démontrent que ces lieux soutiennent directement, ou indirectement, le développement des projets d’entrepreneurs ou de travailleurs indépendants qu’ils accueillent, favorisant des dynamiques de collaboration (Fabbri et Charue-Duboc, 2013). Mais, peu s’interrogent sur leur aptitude à participer au développement durable local, aux dynamiques de transition sociétale (économique, sociale, environnementale, territoriale). Ces approches apparaissent, paradoxalement, a-territoriales bien qu’un lieu physique s’impose implicitement pour le fablab, le tiers-lieu et le coworking. Ces ALES nécessitent de s’implanter dans un territoire par sa localisation et, en ce qui concerne le rural et le littoral, par sa participation à l’aménagement et à l’attractivité du territoire d’action. Dès lors, nous rencontrons ici une première différence entre l’urbain dont la rationalité de l’espace habité conduit les Espaces de Co-Working-ECW à étudier le « bon » emplacement, là où les ECW ruraux sont d’abord appréhendés comme des outils d’aménagement et de développement local en utilisant souvent des espaces disponibles sur le territoire. Parler du « lieu » dans sa relation au territoire induit une portée sociale (pratiques, représentation, un fonctionnement collectif ainsi que des valeurs communes et partagées) et territorialisée. C’est pourquoi, il nous semble opportun de regarder où se sont ancrés territorialement ces ALES, tout en tentant de distinguer leurs finalités au-delà de leurs modèles économiques propres : le but de fédérer des usagers (Fischer, 2011), de développer une ingénierie de l’action collective (Burret, 2014) est-il présent et partagé dans tous les ALES non urbains ?

2.2. De la Géographie des ALES

Le rapport de la « mission coworking, territoire, travail, numérique » 2018 intitulé « Faire ensemble pour mieux vivre ensemble » comptabilise 1 8001 ALES en France dont 800 hors métropoles, soit presque la moitié du total. Il révèle que « au- delà des espaces de travail partagés, une transformation profonde de la société [est] en train de s’opérer autour du faire ensemble, du partage de connaissance et de la co- création »2. D’abord métropolitain, le phénomène gagne les territoires ruraux avec une dominante de coworking (76 %) sur les fablab (24 %). La carte des Tiers Lieux en France témoigne d’un maillage réparti sur l’ensemble du territoire français avec des ALES « majoritairement métropolitains malgré leur dispersion croissante » (Lévy-Waitz, 2018). Pourtant cinq régions concentrent les ALES en leur sein : l’Île-de-France, la Nouvelle-Aquitaine, l’Auvergne-Rhône-Alpes, l’Occitanie, et Provence-Alpes-Côte (PACA) du fait de l’influence des métropoles sur l’ensemble de leur territoire, ainsi que des politiques locales soutenant l’expansion de ces espaces de co-working.

En 2020, une autre source nationale3 recense plus de 2 000 espaces de travail et bureaux partagés en France, dont 60 en Région Pays de la Loire avec 40 ALES en Loire-Atlantique, 6 en Maine-et-Loire, 3 en Mayenne, 3 en Sarthe et 8 en Vendée. Dans son étude, conduite avec l’appui des plates formes locales de l’Économie Sociale et Solidaire (l’Inter-Réseau de l’Économie Sociale de l’Anjou – IRESA, SOLILAB en Loire-Atlantique, APESS 53 en Mayenne, le Pôle ESS en Vendée), l’observatoire de la Chambre Régionale d’Économie Sociale et Solidaire (CRESS) des Pays de la Loire en dénombre une cinquantaine en 2018, dont plus de la moitié sous statut associatif loi 1901, 8 % en SCOP ou SARL, et 12 % en SAS. La carte dressée par la CRESS Pays de la Loire4 propose une approche des ALES différente des sources nationales.

Elle ne les distingue plus par leurs activités mais par leur statut juridique et leur modèle économique. Ainsi, elle fait apparaître des lieux multifonctions, portés par une communauté s’appuyant sur les principes de l’ESS et visant à une diversité d’utilisateurs. Cette carte ESS des ALES dévoile une diversité de projets existants ou en émergence dans les villes mais aussi bien présents en milieu rural malgré « l’état médiocre du réseau » (Scaillerez et Tremblay, 2017). Le recensement des ALES est donc difficile à établir tant les projets se développent de toutes parts, tant les contours organisationnels sont variés et tant l’échelle d’analyse diffère : du local au national. Mais leur implantation hors zone urbaine est une réalité inscrite sur les cartes, même si celles-ci demeurent incomplètes. Le rapport remis en 2018 au Ministre chargé de la cohésion des territoires mentionne notamment un double rôle des ALES selon le seul indicateur de taille5 : l’ancrage de proximité pour les « petits » et d’animateur de territoire pour les « plus grands »6. Pour autant, mesurer l’impact sur le territoire à partir de la surface d’exploitation et du montant du chiffre d’affaires interroge. En effet, en quoi ces éléments quantitatifs suffiraient-ils à qualifier le rôle des ALES, en particulier hors des métropoles ? Nous avons choisi d’étudier des ALES agissant sur des communes rurales, considérant qu’il s’agit là d’un terrain complémentaire à ceux étudiés dans ces métropoles.

-3-
Choix des lieux et de la méthodologie

Pour cet article, nous avons choisi de nous mobiliser sur cinq ALES étudiés dans le cadre de notre participation à l’ANR Péri#work7. Les résultats présentés correspondent à un travail de recherche toujours en cours.

3.1. Échantillon à l’échelle d’une Région : les Pays de la Loire

Les Autres Lieux d’Entrepreneuriat et de Salariat en territoire rural

Quatre8 départements au sein des Pays de la Loire ont été investigués par les auteurs comme terrain de recherche : 1) la Vendée pour sa dynamique rurale-littorale et son dynamisme entrepreneurial, 2) la Sarthe pour sa ruralité à la croisée de pôles urbains et son ralentissement économique, 3) le Maine-et-Loire pour sa dominante rurale où l’Économie Sociale et Solidaire-ESS est implantée et 4) la Loire-Atlantique, en particulier le Pays d’Ancenis à dominante rurale, hors métropole nantaise. Notre échantillon correspond à des ALES situés dans des petites villes de 500 habitants et des villes moyennes de 15 000 habitants au plus. Nous envisageons la ruralité comme une activité « ancrée au sol » (Lévy, 2003, p. 808)9 qui, du fait de son fonctionnement communautaire implique d’un même mouvement tous les aspects de la vie et prive de capital social tout individu qui quitte la communauté. Nous justifions ici notre intérêt vis-à-vis de ces nouveaux ALES en milieu rural non seulement en raison de leur rôle croissant en termes de développement local mais également parce que leur accessibilité est aussi un de leur défi majeur à relever, les différenciant ainsi des ALES urbains.

Nos résultats proviennent de 23 entretiens qualitatifs, sur la base d’une grille directive, conduits auprès de fondateurs, de gestionnaires et d’usagers des lieux de 5 ALES (Tableau 1). Ils présentent des caractéristiques extra-économiques communes : un territoire rural, un bassin d’emplois peu tendu et des activités touristiques marquées. Au sein de notre échantillon, trois ALES possèdent un statut juridique relevant de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) dont deux avec un statut associatif (en Maine-et-Loire) et un en Société Coopérative d’Intérêt Collectif-SCIC (en Vendée). Pour ce qui est des deux autres, l’un est en Société d’Économie Mixte sous la responsabilité de la communauté de communes Océan-Marais de Monts (en Vendée) ; l’autre, privé lucratif, sous statut d’EURL (Loire-Atlantique). La majorité des ALES observés ont utilisé des espaces existants et, souvent, ont réhabilité ces lieux. Ils se situent soit au cœur même du village (La Vergne et Village Factory) – pour l’un d’entre eux au sein même du centre des congrès local (La Folie) –, soit en sortie de ville, en bord de Loire (Hacoona), soit dans des zones d’activités commerciale ou artisanale. Le principe repose d’abord sur le partage de l’espace pour des activités spécifiques selon la nature du lieu et ses objectifs.

3.2. Pratique monographique : comme une résurgence de la méthode en Économie politique territoriale

L’approche monographique choisie repose sur une « situation ou (un) phénomène constituant l’objet d’étude (qui) est, par ailleurs, considéré comme en mouvement » (Dufour et al., 1991, p. 28). Cet objet n’est pas « un fait social existant comme chose pour reprendre les mots d’Émile Durkheim », mais bien « des actions collectives et des processus sociaux qui peuvent être en partie appréhendés à travers des interactions directes, et dont le sens vécu par les agents n’est ni donné d’avance, ni susceptible d’être négligé » (Chapoulie, 1984). Ainsi, avec Dufour et al. (1991, p. 28), nous précisons que « l’objet d’étude est saisi à travers les interactions directes du chercheur avec son terrain d’enquête. La restitution empirique qu’il en fait repose sur les informations de première main provenant du recueil de propos en situation, d’observations directes, de descriptions fournies par les acteurs liés au phénomène ou à la situation sous étude ». Nous nous sommes donc comportés en fieldworkers, autrement dit en « travailleurs de terrain » ainsi que le veut la tradition de recherche en Économie Sociale et Solidaire (ESS). « La voie d’une économie descriptive, soucieuse des réalités concrètes s’impose. Elle développe un point de vue social et historique : l’intelligibilité des phénomènes économiques est indissociable des contingences de l’espace et du temps. La démarche monographique peut s’accorder avec ce régime scientifique. Communément, elle reproduit deux conventions : pourvoir à la description factuelle dans une découpe géographique, un milieu socio-historique donné ; privilégier la recherche d’un ensemble d’interrelations qui confère au milieu investi une cohérence et le singularise » (Sevin, 2003, p. 57). Pour ce faire, nous avons visité chacun des ALES à la fois pour y conduire des entretiens mais également pour assister à des observations participantes afin d’approfondir la singularité et les spécificités de chacun des ALES en milieu rural ainsi que de mieux saisir le rapport à l’espace et aux lieux.

-4-
Des ALES avec une action collective ?

Afin d’identifier d’éventuelles spécificités des ALES de notre échantillon en milieu rural, nous proposons de les confronter aux dimensions de Grenier et al., (2020) qui proposent d’observer la façon dont ils sont organisés et quelles sont leurs intentions.

4.1. Constitution d’un environnement social d’altérité

La première dimension repose sur des interactions extra-professionnelles et professionnelles ouvrant de nouvelles perspectives. Dans les ALES étudiés à dominante ESS, les usagers sont souvent des bénévoles (Village Factory, Le RocheLab, La Vergne) et des entrepreneurs sociaux (activités économiques à finalité sociale) ce qui facilite les interactions internes entre des personnes partageant certaines convictions. Dans ce cas, les ALES constituent un « bien commun » avec un lieu mis à disposition et des valeurs partagées qui en font l’essence même. Notre échantillon montre que les projets émanant d’interrelations dans les ALES proviennent « d’actions communes créant de nouveaux liens, de nouvelles idées » (Fondatrice de Village Factory) ou « d’une collaboration avec les usagers. On est plus en soutien les uns pour les autres. On travaille ensemble sur la communication ou sur le web » (Fondatrice d’Hacoona). Les faits révèlent de la co-construction même si les projets communs sont rares ; c’est le « vivre les choses ensemble » qui prévaut et « l’apprendre ensemble » qui motive. C’est pourquoi la littérature préconise la nécessité d’une animation pour qu’échange et entraide entre les usagers se développent, pour qu’un climat de confiance amène chacun à partager ses idées et ses expériences (Burret, 2014). Ces lieux sont des espaces de proximités conjuguées : géographique, cognitive, sociale, institutionnelle, plus ou moins formelles (Le Nadant et al., 2018).

Notre échantillon révèle trois tendances : 1) des ALES tournés vers l’emploi en interne. Les coworkers s’installent dans les ALES des communes rurales et constituent une nouvelle ressource par le biais d’indépendants entrepreneurs, mobiles et inscrits dans des pratiques numériques (en plus des spécialités de chacun). Ces espaces sont généralement les bienvenus pour les élus locaux car ils développent de l’emploi et ne sollicitent pas toujours la collectivité pour se déployer, tout en introduisant une nouvelle forme de participation à une dynamique collective recherchée. Mais il existe, parfois, quelques réticences à leur émergence notamment quand d’autres projets sont en cours. À Ancenis, par exemple, le projet Hacoona n’a pas attiré beaucoup d’attention de la commune, voire une certaine défiance parce qu’un projet d’espace de travail collaboratif « public » était envisagé pour occuper les locaux de la Poste laissés vacants en centre-bourg. Par ailleurs, les usagers d’Hacoona reconnaissent que leur espace de co-working est peu connu ; « il semble fonctionner comme un îlot » (Entrepreneur d’Hacoona). 2) des ALES avec des projets de territoire dans lesquels la collectivité joue un rôle à prendre en considération (La Folie, La Vergne). Certains élus se saisissent de cette opportunité pour rendre plus attractive leur commune (Village Factory, RocheLab, La Folie) en allouant un lieu dédié et en accordant un soutien politique. « Du côté de la commune, nous avions l’ancienne école qui venait de fermer. Un endroit comme ça qui meurt dans un village, c’est assez terrible. Et d’un autre côté, les quatre personnes qui étaient à l’origine de la création du coworking nous ont proposé de réinvestir ce lieu. (…) On a convenu que la mairie mettrait à disposition gratuitement le lieu et que le collectif paierait les charges : c’est du donnant donnant » (Maire interviewé). Dans un second temps, les fondateurs des ALES sollicitent leurs élus pour obtenir des investissements auxquels ils ne peuvent souscrire ; faute de moyens dans les petites communes « Les responsables de l’espace de coworking connaissent la situation financière de la commune …donc ils ne peuvent pas se pointer en disant “tiens on voudrait bien 5 000 ou 10 000 euros pour faire ci, pour faire ça”. On ne les a pas. » (idem)2. Ainsi, certains maires renvoient les collectifs à la communauté de communes, en les considérant parfois comme de nouvelles structures immobilières privées à but lucratif. Ce décalage crée de l’amertume du côté des ALES, qui activent d’autres réseaux, et tentent ainsi de trouver des solutions. Par exemple, Village Factory souhaitait contribuer au développement des espaces situés en milieu rural pour « lutter contre l’isolement des professionnel.les, favorise[r] l’emploi en zone rurale, dynamise[r] l’économie locale, attire[r] des nouveaux arrivant · es, “dope[r]” les finances locales et la vie des villages, etc. » (site Internet et élu de Village Factory) et, dans ce but, il a mis en place le Réseau Vill@ge Factory qui propose d’accompagner les porteurs de projet désireux de développer leur ALES et d’animer une communauté apprenante10. C’est le cas aussi du fondateur du Roche Lab qui, avec les acteurs du territoire promoteurs de la création basée sur le ré-emploi, propose la mise en œuvre d’une Initiative Territoire E3C « Économie Circulaire Culturelle et Créative » à l’échelle de la Communauté de Communes Loire Layon Aubance. D’autres collectivités s’impliquent d’emblée dans le développement des ALES (La Folie, La Vergne) facilitant les décisions et l’action. La Folie, par exemple, se situe au carrefour des interactions stratégiques entre la communauté de communes Océan-Marais de Monts, la SEM portant le centre des congrès, les zones d’activité voisines et l’incubateur « la Ruche ». Cette situation stratégique lui permet d’être l’un des acteurs montant au service du territoire local à faire advenir. Enfin, 3) un ALES privé comme Hacoona est à la croisée du 1 et du 2 : ses relations avec les grands groupes du territoire se développant (Terrena et Manitou). Ces derniers y organisent des réunions de travail ; une manière de sortir leurs collaborateurs de leur contexte industriel. Ainsi, le positionnement des co-workers offre un soutien à l’intrapreneuriat.

4.2. La vie communautaire et l’organisation

Cette seconde dimension intègre l’idée de travailler, de se côtoyer et de vivre dans un même lieu en développant un projet de vie active en commun, sans qu’il s’agisse pour autant forcément d’activités à caractère professionnel. Dans cette optique, la discussion et le partage des pratiques permettent de décider et d’être « socialement interdépendants » (Garrett et al., 2017).

En ce qui concerne cette intention d’organiser une vie communautaire dans les cas étudiés pour ce travail de recherche, il apparaît que les fondateurs créent un ALES non seulement parce qu’ils ont une envie personnelle d’entreprendre mais aussi parce qu’ils pensent que d’autres, au niveau local, auront besoin de leur service et de leur lieu. La motivation est celle du besoin, voire la nécessité, de travailler de plus en plus à distance11. Les intentions du lieu, c’est-à-dire ses objectifs, sont pourtant très différentes selon sa vocation, et, selon le projet du ou des fondateurs. Ainsi, dans les trois ALES sous statut de l’ESS et dans celui soutenu par la collectivité, les notions de coopération et de développement durable du territoire sont très présentes mais pas toujours affichées contrairement à leurs entrées thématiques (numérique, upcycling, écologie, entrepreneuriat, alimentation bio, tourisme social, etc.). Les ALES ayant un statut privé font peu apparaître une intention particulière de partage et de « commun » au-delà du coworking, ce qui n’empêche pas des collaborations spontanées effectives en leur sein même.

Si ces lieux sont aménagés pour être agréables pour la/le.s fondateur.s, ils ont aussi vocation à l’être surtout pour les utilisateurs. La convivialité revêt plusieurs formes : elle est presque toujours déployée autour d’un espace dédié de convivialité où chacun peut boire un café ou même déjeuner (cuisine pour Village Factory, espace de convivialité à La Folie et à Hacoona, bar pour Roche Lab). Certains ALES cherchent à déployer des temps communs en dehors du travail stricto sensu. Pour maintenir le lien pendant le confinement, certains comme La Folie ou bien Hacoona, ont organisé des petits déjeuners « distanciels », des temps d’échange ou un concours photos. Cette tendance n’existe que très peu dans les ALES privés observés qui concentrent leur offre sur le travail à distance uniquement. Il apparaît donc que l’exemple privé est créé pour mutualiser des espaces de travail et les rentabiliser, et non pour chercher à maximiser de potentiels profits. Pour les ALES (publics) inscrits dans l’ESS ou en lien avec une collectivité, leur création tient à répondre à des besoins de territoire au-delà du lieu en lui-même (attractivité, développement local). En ce sens, ils répondent parfaitement de la Loi ESS du 31 juillet 2014 : un autre mode d’entreprendre et de développement local. Pourtant, les ALES ne s’adossent pas tous à un territoire d’autochtonie (Aunis et al., 2016) qui nécessite de déployer trois types d’activités : a) l’endorsing, qui est un engagement vers une vision commune partagée engendrant des actions pour la rendre visible entre membres cooptés ; b) l’encountering, qui consiste à élaborer des normes sociales pour promouvoir une certaine vision du monde et c) l’engaging, c’est-à-dire la participation à des événements communs et l’acceptation de responsabilités engageant chacun envers les autres : « l’action collective, dirigée par un projet commun et partagé, permet de structurer une communauté localisée, identifiée à ce tiers-lieu duquel émergera l’innovation. La diversité des acteurs qui y participent devient un élément critique. Pour autant, nous envisageons cette diversité non pas comme une donnée exogène au projet, mais comme une construction sociale délibérée pour mener cette action (Litvin, 1997) » (Grenier et al., 2020, p. 94). Le rôle de « l’animateur/promoteur » du lieu semble fondamental pour valoriser les potentiels de chacun, conduire tous les usagers vers un projet commun reposant sur des rapports sociaux au prisme du local et contribuer à la structuration du lieu.

Car une troisième dimension révèle une structuration des ALES partielle et éphémère du fait d’un fonctionnement en mode projet avec une micro-culture propre au ALES (Cléach et al., 2015). Les règles de vie de la communauté, le partage de connaissances et de ressources, des apprentissages mutuels, un climat de confiance ainsi que des valeurs tournées vers l’innovation sociale et collaborative (Vallat, 2017 ; Burret, 2014) construisent des codes sociaux, des modalités de vivre ensemble et des savoir-faire liés aux dispositifs de travail en espaces partagés. La coopération nécessite une intention et une organisation que nombre des ALES observés (Village Factory, La Folie, La Vergne, Hacoona) ont réussi à mobiliser. Selon nos résultats, le statut et les objectifs de l’ALES influencent la production des liens et la nature des échanges qui permettent d’expérimenter des projets communs voire, surtout, le partage du commun. Fost (2008) distingue d’ailleurs l’anglicisme coworking qui signifie travail individuel dans un espace partagé, du terme « co-working » désignant le fait de travailler ensemble sur un projet (coopération). Mais, la robustesse du modèle semble parfois mise à l’épreuve face à l’agilité nécessaire pour intégrer de nouveaux membres, inventer au quotidien des moyens de maintenir le relationnel et surtout susciter des actions collectives, etc. (Cléach et al., 2015 ; Fabbri et Charue-Duboc, 2013).

4.3. Volonté et fragilité de la convivialité

Insuffler une action collective nécessite un minimum d’organisation et d’intention que certains ALES recherchent (ESS et public), et que d’autres n’envisagent pas ou moins (ALES privés). L’échantillon des ALES étudiés à titre expérimental rassemble des entrepreneurs, des indépendants et des salariés en milieu rural voulant rompre avec les contraintes de la ville et son rythme. Ils ont choisi d’y travailler différemment en offrant (fondateur.trice) ou retrouvant (entrepreneurs et/ou salariés) des profils comme les leurs, voulant consolider des conditions de vie qui leur semblent meilleures. La majorité de nos exemples montre une volonté de mettre en place une action collective dans les ALES à travers des activités autres que le co-working stricto sensu. « Chacun est au sein du collectif et peut faire à son envie. Par exemple, pour le café, chacun apporte à tour de rôle son paquet de café ? C’est un peu la marque de fabrique… Chacun se sent partie prenante d’une tâche et sa responsabilité. Bon, il faut un petit meneur des fois ! pour coordonner un peu les choses… » (usager Village Factory). Chaque structure cherche par son mode d’organisation, les modalités à la fois du « faire ensemble » et de la convivialité. Ainsi la réalité de « bricolage » inhérente à l’action collective dans les organisations, qu’elles soient entrepreneuriales (Claudio Ciborra et la théorie de l’action) ou bien sociales (Ivan Illich et la théorie sociale), engendre au moins deux aspects de nature différente. Le premier concerne ces « bricoleurs », notamment les fondateurs de ces ALES en milieu rural, qui font institution selon la définition De Vaujany (2006, p. 6)12. Ils tentent de créer une organisation qui leur fournit les « outils » de vivre et travailler différemment, notamment en milieu rural. Les ALES deviennent le « moyen d’y arriver » car, selon Illich (1973, p. 44) : « tout objet pris comme moyen d’une fin devient outil ». Ainsi les ALES permettent d’étendre les capabilités des bricoleurs (usagers inclus), car « l’outil convivial est celui qui me laisse la plus grande latitude et le plus grand pouvoir de modifier le monde au gré de mon intention » (Illich, 1973, p. 44). Le second aspect repose sur les usagers « habitants » qui aspirent à un environnement de travail rompant avec leur isolement et leur solitude de porteur de projet, de salarié ou d’autoentrepreneur en milieu rural. Rejoignant Ottman et al. (2019), nous nous interrogeons toutefois sur la fragilité de ces collectifs et la possibilité de maintenir ces ALES dans la durée.

Ces constats et interrogations posent les premières caractéristiques de notre échantillon mais qu’en est-il de l’inscription au territoire de ces tiers lieux ruraux ?

-5-
Les caractéristiques des ALES en milieu rural et leurs enjeux

Le lien entre les ALES et le territoire est abordé par les chercheurs à hauteur de 21 % des publications sur le sujet, selon Leducq et Ananian (2019). Ainsi, nous proposons de confronter les ALES ruraux de notre étude aux résultats de ces auteurs à propos des Espaces de Co-Working-ECW urbains.

5.1. Des caractéristiques se rapprochant de celles des villes avec des enjeux différents en territoire rural

Tenter de synthétiser les traits caractéristiques de toute organisation suppose à la fois créativité et humilité. La créativité suppose de présenter de la manière la plus explicite possible les traits caractéristiques. L’humilité résulte de la non-exhaustivité et du caractère discutable de la manière dont on présente les choses. Mais, inspirés par Leducq et Amanian (2019), nous proposons la matrice de synthèse ci-après.

À la lecture de cette matrice, nous justifions la pertinence de l’approche com- parative des ALES entre le milieu urbain et le milieu rural. Bien que toute matrice présente à la fois des qualités de créativité pour rendre compte des traits carac- téristiques majeurs observés, elle demeure discutable parce que non exhaustive. Cependant, si les ECW urbains apparaissent comme des alternatives au bureau et de nouveaux outils de travail, les ALES ruraux sont aussi des outils d’aménagement du territoire, et constituent des opportunités d’attractivité territoriale. Bien que notre échantillon des ALES étudiés à titre expérimental rassemble des entrepreneurs, des indépendants et des salariés en milieu rural voulant rompre avec les contraintes de la ville et son rythme qui ne leur convenaient pas ou plus, nous y trouvons aussi des voisins, confondant parfois ces ALES ruraux avec de nouveaux services au public. Par conséquent, même si nous trouvons en milieu urbain et rural les mêmes attentes de choix de travailler différemment en offrant aux usagers et aux gestionnaires-animateurs des ALES la possibilité de rencontrer de nouveaux profils comme les leurs, en milieu rural la quête de meilleures conditions de vie se conjugue avec l’intention de faire advenir « autrement » un territoire de vie. Cela n’est pas sans contrainte (mobilité), ni sans effort (relation aux élus locaux).

5.2. Les territoires ruraux comme lieux de re-bond au sein des ALES

Tout comme la ville (Leducq et Ananian, 2019), les territoires ruraux semblent être des réceptacles et des ressources pour les porteurs de projets d’ALES, ainsi que pour leurs usagers. À la différence des villes, qui disposent de transports publics, les territoires ruraux engendrent des mobilités contraintes du fait de leur localisation dans des zones où le recours au véhicule est le principal moyen de déplacement. « La mobilité en milieu rural est un problème. On est dépendant de la voiture car on n’a pas de transports en communs… » (Fondatrice de Village Factory) L’absence de transport public local est l’une des contraintes chroniques pour l’accès à ces lieux même si, selon les usagers rencontrés, cela ne constitue pas un frein en soi à leur accessibilité. La voiture étant de fait le moyen d’accès.

Selon nos entretiens, les usagers des ALES sont prêts à réaliser entre 4 et 25 kilomètres quand ils viennent des communes limitrophes (La Vergne, La Folie, Le RocheLab, Village Factory, Hacoona) pour bénéficier d’un environnement de télétravail partagé et d’un lieu convivial. Une catégorie des usagers qui fréquentent les ALES en milieu rural sont des personnes mobiles qui se déplacent beaucoup entre des zones urbaines (Paris) et d’autres pays (La Folie pour 9 % des usagers). Ils ont déjà une pratique du travail en distanciel. Notre approche statistique par catégorie d’individus à La Folie, situé à Saint-Jean-de-Monts (85), nous offre quelques indications quant à l’origine géographique des usagers du lieu d’entrepreneuriat et de salariat (Figure 1).

Nous avons rencontré au sein de ces ALES des entrepreneurs, des cadres salariés et des agents de la collectivité locale « vivants » dans ce lieu. Si leur origine géographique témoigne de la grande mobilité d’une partie d’entre eux, il n’en demeure pas moins que la plupart ont une origine autochtone « naturelle » (nés et habitants) ou « saisonnière » (propriétaires de maisons secondaires). Il apparaît que certains usagers se tournent vers ces lieux suite à un changement de vie personnelle (burn out, divorce, déménagement, mise en télétravail ou à distance, etc.), voire à une réorientation professionnelle (entrepreneuriat). C’est particulièrement le cas pour les fondateurs des ALES étudiés qui, après un parcours professionnel significatif, se lancent dans un nouveau projet en territoire rural. Ils ont réalisé des études supérieures et ils possèdent des compétences dans le numérique et/ou le secteur commercial. La majorité des fondateurs sont des hommes (1 ALES est un binôme féminin et un autre, Hacoona, a été créé par une femme) dont le projet repose sur une aventure collective survenue au moment de leur conception et de leur création (Village Factory, La Folie, La Vergne, Le RocheLab). Presque tous ont connu des ruptures dans leur vie personnelle et/ou professionnelle : les fondateurs « suivent » leur mari ou leur femme dans leur parcours et/ou ils ont voulu changer leur rythme de vie en travaillant « ailleurs » à la campagne, en bord de mer (La Folie) ou de fleuve (Hacoona). Le cadre de vie (aménités) est une composante essentielle pour eux. Par ailleurs, leur activité professionnelle leur permet de travailler à distance et ils éprouvent (pour des raisons diverses : enfants en bas âge, manque d’espace, etc.) le besoin d’avoir un lieu partagé et bien équipé en dehors de la sphère privée. La spécificité de cette démarche repose sur le choix de quitter la ville pour la campagne. Il s’agit d’un projet assumé de travailler et de vivre différemment, dépassant la seule motivation liée à la pression foncière des zones urbaines. Les fondateurs sont rarement originaires de la commune où ils ont installé leur ALES (Village Factory, Hacoona). Ils choisissent le lieu d’implantation parce qu’ils y ont des attaches (maison de campagne, proximité avec le lieu d’habitation, etc.) et parce que l’accès à internet existe ou est possible (la création de Village Factory a permis au village d’Asnières sur Vègre d’obtenir la fibre) et que l’accessibilité (près d’une gare, d’une route nationale, possibilité de parking, etc.) facilite la fréquentation du lieu. Pour venir dans leur ALES, les fondateurs évoquent une variété de mode de transport : à pied, à moto, à vélo (électrique), en voiture, à défaut de transport en commun.

5.3. Les formes d’Entrepreneuriat dans les ALES au sein des territoires ruraux

La tranche d’âge des usagers est large (30-60 ans). Certains sont des salariés travaillant à distance pour un employeur qui prend en charge les frais de co-working mais la majorité est constituée de travailleurs indépendants en freelance avec le statut d’entrepreneur. Ces ALES engendrent donc des mini-pôles sociaux avec du lien social et de l’activité économique qui dynamisent le territoire. « Les élus sont contents que notre collectif contribue à créer de l’activité. On a créé une micro-entreprise, on crée de l’animation, on crée des choses… » (usager Village Factory). Les ALES participent ainsi au maillage sur le territoire avec des déplacements au niveau local, régional, voire international.

Le Resarch Group Collaborative Spaces (2015-16) questionne la fin du clivage entrepreneuriat-salariat en mettant en évidence l’émergence d’une forme d’entrepreneuriat alterné avec une boucle d’entrepreneurs (jeunes urbains selon cette étude) devenant dans un second temps salariés, pour revenir à l’entrepreneuriat dans un troisième temps. Les ALES étudiés en milieu rural profilent une forme d’entrepreneuriat alterné inversée : les fondateurs, comme les usagers habitants, sont souvent des ex-salariés urbains devenant des entrepreneurs ou indépendants ruraux. Leur activité souvent fragile laisse supposer qu’une partie d’entre eux reviennent au salariat avec la volonté de travailler à distance et en continuant à « habiter » à leur tour des ALES en milieu rural. Devant cette difficulté, les ALES doivent-ils composer avec des comportements de consommateurs de solidarité sociale ? Ou bien ces ALES sont-ils des outils de convivialité dont l’organisation et l’intention supposent de consolider le modèle de counselling communautaire, autrement dit une forme de « psychologie situationniste » qui fait le lien entre l’animateur-gestionnaire, les usagers du lieu et l’environnement dans lequel ils évoluent tous ?

-6- Conclusion

Au terme de cet article, nous tirons deux enseignements fondamentaux. D’une part, nous distinguons l’approche urbaine des Espaces de CoWorking (ECW) qui en fait des objets et des finalités en soi, de l’approche rurale, qui fait de ces ECW un « simple » sous-espace d’un ALES qui consiste plutôt en une méthode de développement. En d’autres termes, la finalité d’un ECW en milieu urbain consiste à proposer une alternative fiable, techniquement et numériquement, à ce que l’on trouve habituellement en entreprise. Celle de l’ALES en milieu rural dépasse cette seule opportunité en ouvrant sur une perspective plus large que l’on retrouve à la fois dans un projet de vie global alliant conditions de vie et « consommation » d’aménités et, dans la perspective d’une participation partagée et active, à faire advenir un territoire de vie. Par conséquent, que les ALES soient un tremplin ou une ressource durable, ils permettent d’établir un pont avec le futur entre l’individu et le projet de société auquel il compte prendre part et permettent également d’allier survie, équité et autonomie créatrice, en ravivant la relation aux territoires dans son (r)apport « situé ».

À ce titre les ALES, qu’ils soient soutenus de manière directe (financièrement) ou indirecte (facilitation) par les élus, offrent la possibilité de créer ou de consolider à l’échelle locale la possibilité de faire réseau au service du développement économique. Ainsi, en Vendée, est né le réseau « Cowork’inVendée », sous statut associatif, en associant 8 ALES dans une dynamique commune ambitionnant une influence à l’échelle du département dépassant ainsi l’échelle communale ou inter-communale qui fut la leur. Nous retrouvons d’ailleurs cette ambition au niveau national avec la Coopérative tiers-lieu(s) qui collabore au niveau régional avec la Chambre Régional de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS) des Pays de la Loire, mais aussi avec celle des Hauts-de-France et de Nouvelle Aquitaine, en soutenant la dynamique d’accompagnement CAP’Tiers Lieux à destination des porteurs de projets qu’il s’agisse de particulier ou bien de collectivité.

Par conséquent, dans la mesure où la Loi ESS du 31 juillet 2014 définit l’ESS comme « un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine » portés par des personnes morales de droit privé mais à but non lucratif, nous pouvons nous demander dans quelle mesure les ECW privés lucratifs ne seront pas fragilisés à terme par les ALES ruraux face à la montée en force des rurbains mais également, parce que les administrations publiques locales cherchent un nouveau partenariat pour l’action publique que les ALES semblent leur offrir ?

Références bibliographiques

Aldrich H, Zimmer C (1986) Entrepreneurship through social networks. In Sexton D & Smilor R (eds) The Art and Science of Entrepreneurship: 3-23.

Aunis E, Benet J, Mège A, Prat I (2016) Les territoires de l’autochtonie. Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local ». Rennes, PUR.

Boutillier S, Uzunidis D (2016) The Entrepreneur. The Economic Function of Free Enterprise. ISTE Ltd, London and John Wiley & Sons, New York.

Burret A (2014) Étude exploratoire des Tiers-Lieux comme dispositif d’incubation libre et ouvert de projet. XXIIIe colloque AIMS, Rennes.

Chabaud D, Ngijol J (2010) Quels réseaux sociaux dans la formation de l’opportunité d’affaires ? Revue française de gestion 206 : 129-147.

Chapoulie J-M (1984) Everett C. Hughes et le développement du travail de terrain en sociologie. Revue Française de Sociologie XXV : 584.

Cléach O, Deruelle V, Metzger J-L (2015) Les « tiers lieux », des microcultures innovantes ? Recherches sociologiques et anthropologiques 46 (2) : 67-85.

De Vaujany F-X, Bohas A, Fabbri J, Laniray P (2015-16) La fin du clivage entrepreneuriat-salariat, Rapport de recherche Research Group on Collaborative Spaces (RGCS) : 36.

De Vaujany F-X (2006). Pour une théorie de l’appropriation des outils de gestion : vers un dépassement de l’opposition conception-usage. Management & Avenir 3 (9) : 109-126.

Dufour S, Fortin D, Hamel J (1991) L’enquête de terrain en sciences sociales. L’approche monographique et les méthodes qualitatives. Les Editions Saint-Martin, Montréal.

Fabbri J (2015) Les espaces de coworking pour entrepreneurs. Nouveaux espaces de travail et dynamiques interorganisationnelles collaboratives. Thèse en École polytechnique, Palaiseau, 454 p.

Fabbri J, Charue-Duboc F (2013) Un modèle d’accompagnement entrepreneurial fondé sur des apprentis- sages au sein d’un collectif d’entrepreneurs : le cas de La Ruche. Management International 17(3) : 86-99.

Fost D (20 de Febrero de 2008) They’re working on their own, just side by side. New York Times. Johannisson B (2002) Entrepreneurship as a collective phenomenon, Scandinavian Institute for Research in Entrepreneurship (SIRE), Växjö University, Sweden.

Fischer G (2011) Introduction. In : G Fischer, Psychologie sociale de l’environnement. Dunod. Paris :13-16.

Garrett L, Spreitzer G, Bacevice P (2017) Co-constructing a sense of community at work: the emergence of community. Coworking spaces, Organization Studies 38 (6): 821-842.

Glémain P (2020) L’entreprise sociale et son (r)apport au territoire : l’apport de la géographie humaniste à la théorie de l’acteur réseau. Annales de Géographie 731 : 62-82.

Grenier C, Ibrahim R, Duprat L (2020) Comment organiser un tiers-lieu éphémère pour favoriser l’émergence d’innovations institutionnelles ? Le cas d’un pôle d’opérateurs de services à domicile. Innovations 61(1) : 89-115.

Guenoud P, Moeckli A (2010) Les tiers-lieux, espaces d’émergences et de créativité, Revue Économique et Sociale 2 : 1-9.

Illich I (1973) La Convivialité. Éditions du Seuil, Paris.

Krauss G, Tremblay D-G. (2019) Tiers-lieux travailler et entreprendre sur les territoires : Espaces de coworking, fablabs, hacklabs. Presses universitaires de Rennes et Presses universitaires du Québec.

Leducq P, Ananian P., (2019), Qu’apporte l’urbanisme à l’étude des espaces de coworking ? Revue de la littérature et approche renouvelée. Revue d’Économie Régionale et Urbaine, 2019/5 : 963-986.

Le Nadant A-L, Marinos C, Krauss G (2018) Les espaces de coworking : le rôle des proximités dans les dynamiques collaboratives, Revue Française de Gestion 272 : 121-137.

Lévy-Waitz P (2018) Mission coworking : faire ensemble pour mieux vivre ensemble. Fondation Travailler autrement – CGET, Paris

Liefooghe C, Mons D, Paris D (2016) Lille, métropole créative ? Nouveaux liens, nouveaux lieux, nouveaux territoires. Presses Universitaires du Septentrion, Lille.

Oldenburg R (1999) The great Good place: cafes, coffee shops, bookstores, bars, hair salon, and other hangouts at the heart of a community, Marlowe & Company.

Oldenburg R (1989) The great good place: Cafes, coffee shops, community centers, beauty parlors, general stores, bars, hangouts and how they get you through the day. Paragon House, New York: 338.

Ottman J-Y, Felio C, Boudes M, Mokaddem S (2019) Des collectifs peuvent-ils émerger chez les travailleurs indépendants ? Gérer & Comprendre 138 : 31-37.

Scaillerez A, Tremblay D-G (2017) Coworking, fab labs et living labs : État des connaissances sur les tiers lieux. Territoires en mouvement 34 : 1-17.

Sevin A (2003) Une pratique de la monographie en économie politique : La thèse de doctorat (1898-1938). Revue d’Histoire des Sciences Humaines 9(2) : 53-80.

Shepherd D-A, Krueger N-F (2002) An Intention-Based Model of Entrepreneurial Teams’ Social cognition, Entrepreneurship Theory and Practice 27(2): 167-185.

Suire R (2013) Innovation, espaces de co-working et tiers-lieux : entre conformisme et créativité, Working paper, Université Rennes 1 – CREM – CNRS – IDEC, janvier.

Trupia D-V (2016) Produire un espace hybride de coopération. Une enquête ethnographique sur La Cantine, Réseaux 196 (2) : 111-145.

Vallat D (2017) Que peut-on apprendre des tiers-Lieux 2.0 ?, XXVIe Conférence de l’AIMS, Lyon, 7-9 juin.

Verstraete T, Fayolle A (2005) Paradigmes et entrepreneuriat. Revue de l’Entrepreneuriat 4(1) : 33-52.

Notes

1 – 1 463 tiers lieux + 20% de tiers lieux estimés n’avoir pas été repérés.

2 – https://francetierslieux.fr/tiers-lieux-en-france/ Le rôle de l’Association va être d’accompagner au développement et à l’émergence de ces lieux, notamment à travers la mise en œuvre des recommandations issues du rapport.

3 – Coworking-France.com

4 – Annexe 1 : Carte des Tiers Lieux en Pays de la Loire.
5 – Trois tailles déterminées :
1. Petite taille = moins de 100 m2, chiffres d’affaires entre 30 000 et 50 000 euros.
2. Taille intermédiaire = entre 300 et 500 m2, chiffres d’affaires entre 100 000 et 400 000 euros.
3. Grande taille = plus de 1500 m2, chiffres d’affaires entre 400 000 et 1 000 000 euros.

6 – Annexe 2 : Rôle des 6 ALES selon leur taille.
7 – ANR 2018-2022 qui a pour spécificité d’étudier les espaces en milieu rural et la mobilité.

8 – Nous n’avons pas encore retranscrit nos observations relatives au département de la Mayenne (53). Mais, dans leur ensemble, les premiers enseignements tirés convergent très étroitement avec ceux présentés ici.

9 – Dans Lévy J., Lussault M., (dir.), 2003, Dictionnaire de la Géographie et de l’espace habité. Belin, Paris.

10- http://www.asnieres.village-factory.net/tiers-lieu/coworking-en-milieu-rural/
11 – Avant même la généralisation du télétravail en contexte de la Covid-19, voire de la contrainte d’y travailler depuis la crise sanitaire pour des salariés, mal équipés ou bien face à des contraintes techniques de connexion qui peuvent concerner tout autant des salariés que des entrepreneurs.
12 – « Les organisations sont habitées par de nombreux « bricoleurs » qui jonglent avec les routines et les artefacts à leur disposition. »

LES AUTRES LIEUX D’ENTREPRENEURIAT ET DE SALARIAT EN TERRITOIRE RURAL

Pascal Glémain, Valérie Billaudeau
Armand Colin | « Revue d’Économie Régionale & Urbaine »

2021/5 Décembre | pages 927 à 951

ISSN 0180-7307
ISBN 9782200933838
DOI 10.3917/reru.215.0927

Article disponible en ligne à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2021-5-page-927.htm

Pascal GLÉMAIN

LiRIS et ESO-Rennes UMR6590 CNRS, Université Rennes 2

pascal.glemain@univ-ennes2.fr

ORCID : 0000-0001-9733-1858

Valérie BILLAUDEAU

ESO-Angers UMR6590 CNRS, Polytech Angers

valerie.billaudeau@univ-angers.fr

ORCID : 0000-0001-9474-1181


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search