Quels seront les impacts de la crise sanitaire sur la pratique du coworking ?

Anne-Laure Le Nadant (Univ Rennes, LiRIS), Clément Marinos (Univ Bretagne Sud, LEGO), Gerhard Krauss (Univ Rennes, ESO)

A l’ère du numérique, le monde du travail se transforme avec une cadence inédite. Bien qu’encore minoritaire, le travail indépendant et entrepreneurial connaît une progression depuis le milieu des années 2000 (INSEE, 2019). Dans notre société « hypermobile », une fraction grandissante des travailleurs qualifiés (entrepreneurs individuels, travailleurs indépendants, salariés en télétravail), particulièrement sensible aux questions environnementales et à la qualité du cadre de vie, cherche à se libérer des conditions de travail imposées jusqu’ici (lieu, cadre, horaires). Les outils numériques fournissent un levier puissant pour décider librement où, quand et comment ils vivent et travaillent, leurs projets professionnels et de vie ne faisant qu’un. On parle ainsi de projet global (Saleilles, 2006). Alors qu’ils pourraient travailler à leur domicile, en « home office », certains de ces travailleurs ont choisi de pratiquer le coworking (Krauss et Tremblay, 2019). Depuis une quinzaine d’années, des espaces de travail collaboratif sont apparus un peu partout, dans les métropoles (Fabbri et Charue-Duboc, 2016), mais aussi dans les villes petites et moyennes et en zone rurale (Le Nadant, Marinos et Krauss, 2018), offrant à cette population un nouveau cadre de travail choisi, consenti.

La crise sanitaire du COVID-19 pourrait, toutefois, modifier durablement les pratiques professionnelles des coworkers qui auront été contraints de travailler chez eux pendant plusieurs semaines. La proximité géographique (Gilly et Torre, 2000 ; Rallet et Torre, 2004), nécessaire au développement des activités professionnelles collaboratives, a dû, pendant le confinement, être remplacée par la proximité électronique (Loilier, 2010 ; Le Nadant et al., 2018). Cette proximité électronique se définit comme la possibilité pour les acteurs de consulter, échanger et élaborer des données informatisées en temps réel ou différé via les technologies de l’information et de la communication (TIC). La généralisation de l’utilisation des TIC pendant le confinement a joué un rôle crucial dans le maintien des différentes activités professionnelles, en permettant de s’affranchir des distances. L’avantage de la proximité géographique, qui réside dans la réduction des coûts de coordination inhérents à la collaboration, a pu, pour les coworkers ayant réussi à maintenir leur activité professionnelle depuis chez eux, s’estomper voire, pour certains, disparaître. Il est donc possible que des coworkers décident de ne plus ou de moins fréquenter les espaces de coworking après la crise sanitaire, cette fréquentation ayant certainement aussi un coût difficile à assumer dans un contexte de récession économique.

A l’inverse, d’autres auront pu subir cette situation de profond isolement et consolider leur choix d’exercer leur activité en espace partagé. Cette crise sanitaire pourrait favoriser le développement du coworking, en particulier hors métropoles. En effet, les coworkers métropolitains pourraient, après une longue période de confinement dans des lieux de vie relativement exigus, modifier leurs choix professionnels et de modes de vie, afin de mieux concilier activité professionnelle et projet de vie plus global. Des mobilités résidentielles et professionnelles vers des territoires hors métropoles et l’arrivée de nouveaux coworkers dans des villes petites et moyennes ou à la campagne, que l’on observe déjà, pourraient ainsi être largement amplifiées. Par ailleurs, la pratique du coworking pourrait se développer parmi les salariés qui auront expérimenté le télétravail au cours de la période de confinement, avec des modes de management contraints de s’assouplir et d’évoluer. En effet, la crise du COVID-19 touche de plein fouet l’organisation du travail dans son ensemble. Elle devrait accélérer la numérisation du travail et le développement du télétravail, déjà expérimenté par de nombreux salariés français lors des grèves de l’hiver dernier. La pratique du coworking pourrait ainsi se diffuser plus largement dans la société et, suite à l’expérience généralisée du télétravail, elle pourrait entrer plus profondément (et durablement) dans les mœurs et les institutions. La question est ainsi de savoir si, à l’issue de cette crise sanitaire majeure, le coworking se développera à une échelle plus large et deviendra un modèle d’avenir. L’objectif de notre article est de proposer une réflexion prospective sur l’évolution de la pratique du coworking après la crise sanitaire.

Dans le cadre du projet PERI#WORK financé par l’Agence Nationale de la Recherche, une enquête auprès des utilisateurs d’espaces de coworking est en cours (France, Allemagne, Canada). L’un des objectifs de cette enquête internationale est de mesurer les effets de la crise sanitaire du COVID-19 et du confinement sur les pratiques professionnelles des coworkers. Elle nous permettra de mener une analyse prospective à partir des projections des coworkers sur l’avenir. Nous chercherons, tout d’abord, à savoir si les coworkers ont pu maintenir, de manière satisfaisante, leur activité professionnelle en télétravail à domicile. Nous identifierons les avantages et contraintes que cette situation de travail a occasionnés pour les coworkers ainsi que les changements qu’ils envisagent d’opérer, après la crise, dans leur vie personnelle (mobilités, modes de vie, changement de lieu de résidence, prise en compte de l’écologie, etc.) et professionnelle (changement de statut, de métier, etc.). En particulier, nous évaluerons les effets attendus de la crise sur leur organisation du travail et la poursuite de leur parcours professionnel. En définitive, l’étude permettra de savoir si les espaces de coworking joueront à l’avenir un rôle plus ou moins important dans la vie personnelle et professionnelle des coworkers.

Bibliographie

Fabbri J. et Charue-Duboc F. (2016), « Les espaces de coworking : nouveaux intermédiaires d’innovation ouverte ? », Revue française de gestion, vol. 1, n° 254, p. 163-180.

Gilly J.P. et Torre A. (2000). Dynamiques de Proximité, L’Harmattan, Paris.

Krauss G. et Tremblay D-G. (dir.) (2019). Tiers-lieux. Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs…, Rennes, PUR, Coll. Espace et Territoires.

Le Nadant A-L, Marinos C. et Krauss G. (2018), « Les espaces de coworking. Le rôle des proximités dans les dynamiques collaboratives », Revue française de gestion, vol. 3, n°272, p. 121-137.

Loilier T. (2010). « Innovation et territoire. Le rôle de la proximité géographique ne doit pas être surestimé », Revue française de gestion, vol. 36, n°200, p. 15-35.

Rallet A. et Torre A., (2004). « Proximité et localisation », Économie rurale, vol. 280, n°1, p. 25-41.

Saleilles, S. (2006). « L’imbrication projet de vie / projet entrepreneurial chez les entrepreneurs néo-ruraux », Management et sciences sociales, 1 (1), p. 57-68.

Cet article a été rédigé à la suite d’un appel à contributions flash de la Revue française de gestion dans le contexte de la crise sanitaire engendré par le virus responsable de l’épidémie de Covid-19.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.