L’empreinte territoriale du coworking

L’exemple d’une agglomération industrielle en reconversion

Eve Ross, Sophie Boutillier

1 – Introduction

Le coworking (CW) est défini dans la littérature comme le travail réalisé dans un espace partagé de bureaux par des coworkers qui n’appartiennent pas à la même structure juridique. Le coworker n’est pas salarié de l’espace de coworking (ECW). Il paie un loyer pour y travailler et a accès à un ensemble de services communs (cafétéria, salle de relaxation, crèche, etc.). Les ECW accueillent des salariés (généralement pour le compte de grandes entreprises) et des travailleurs indépendants qui y fondent leur entreprise. Ce mode de partage de l’espace de travail est généralement perçu par les chercheurs comme un moyen de générer des dynamiques internes d’échange et de coopération qui n’existent pas forcément dans les entreprises (Fabbri et Charue- Duboc, 2016 ; Trupia, 2016 ; Basile, 2018 ; Le Nadant et al., 2018). Ils ont d’abord été créés dans les grandes villes. En France, en premier lieu à Paris, puis dans le reste du pays : en 2011 on en comptait environ 40, contre 1 700 en 20191. Aujourd’hui environ la moitié de l’offre se concentre en Île-de-France, dont 23 % à Paris2.

Dans les villes moyennes, le coworking est plébiscité par des responsables locaux pour redynamiser leur économie fortement impactée par le chômage, en stimulant l’entrepreneuriat et l’innovation. Largement soutenues pendant les Trente Glorieuses par des programmes nationaux d’industrialisation (Michel, 1977 ; Bost et Leriche, 2018), de nombreuses villes moyennes sont en quête d’un nouveau souffle depuis les années 1980. La littérature sur le CW met l’accent sur la créativité et l’innovation, grâce à l’implication de coworkers hautement diplômés partageant leurs connaissances. Dans les faits, les ECW n’attirent pas forcément des coworkers innovateurs, mais également des individus aux ambitions beaucoup plus modestes dont l’objectif est essentiellement de créer leur emploi. Confrontés au chômage, ils ne disposent pas de ressources importantes (formation, expérience professionnelle, ressources financières, réseaux de relations sociales), d’où l’intérêt d’étudier un ECW localisé dans ce type d’agglomération. Pionnière de l’industrialisation française, la région des Hauts-de-France est, depuis les années 1980, fortement impactée par le chômage et la pauvreté, elle compte pourtant 27 ECW largement soutenus par les collectivités territoriales (Liefooghe, 2018a).

Notre propos s’appuie sur une enquête menée dans un ECW situé dans une agglomération en reconversion industrielle du nord de la France : Dunkerque3. Elle compte à l’heure actuelle moins de 200 000 habitants et s’est développée sur plusieurs décennies grâce à la sidérurgie et à la construction navale, concentrant de grandes entreprises dotées d’une importante main-d’œuvre ouvrière. Suite à la crise des années 1970, l’agglomération est fortement touchée par le chômage avec un taux largement supérieur à la moyenne nationale.

L’ECW dans lequel nous avons enquêté a été créé en 2014 par un couple de trentenaires, soutenu par la Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD). L’enquête s’est déroulée entre mars et septembre 2017. Le fondateur-dirigeant, une animatrice et 16 coworkers ont été interviewés pour connaître leur parcours professionnel et leurs motivations. Ils sont dans leur majeure partie issus de l’agglomération dunkerquoise.

En s’appuyant sur des relations de proximité (Torre et Beuret, 2012 ; Zimmermann, 2008) généralement d’ordre familial, ils ont fait le choix d’y rester. Ces coworkers ont en commun d’être surdiplômés par rapport à la moyenne de la population dunkerquoise. Pourtant, les activités développées sont peu innovantes.

Nous débuterons par une revue de littérature sur le CW (définition, genèse, fonction). Nous présenterons ensuite l’étude de cas et la question de recherche. Celle-ci porte sur les motivations et les ressources à la fois des fondateurs de l’ECW et des coworkers, lesquels ont pour caractéristiques communes d’être majoritairement originaires de l’agglomération dunkerquoise où ils résident et travaillent, pour exposer les résultats obtenus dans le cadre de l’enquête, et terminer par une discussion et une conclusion quant à l’empreinte territoriale du coworking.

2 – Revue de la littérature

Depuis une dizaine d’années, les ECW suscitent l’intérêt des chercheurs qui les ont explorés sous différents aspects et appréhendés comme une forme d’organisation alternative du travail, reposant sur la collaboration et la liberté, générant des innovations. Si les ECW sont nés dans les grandes villes, ils se sont rapidement diffusés ; les responsables locaux cherchant par ce moyen à redynamiser une économie qui pendant plusieurs décennies a été portée par la grande entreprise et le salariat ouvrier. Ces agglomérations, touchées par un chômage et une pauvreté élevés, font généralement preuve d’un faible dynamisme sur le plan entrepreneurial.

2.1. Genèse du coworking

Il est assez difficile de dater avec précision l’apparition du CW en tant que pratique sociale. Selon Formica (2016), des formes embryonnaires se sont manifestées bien avant la première révolution industrielle, voire dès la Renaissance. Pourtant, le vocable est beaucoup plus récent. Il aurait été inventé en 1999 par un designer américain, Bernie de Kovent, qui observait l’essor du travail collaboratif. Cette nouvelle forme d’organisation du travail serait apparue aux États-Unis un peu plus tôt avec les hackers à la fin des années 1990 (Lallement, 2015 ; Berrebi-Hoffman et al., 2018), d’abord à San Francisco. Ce modèle s’est rapidement diffusé dans le reste du monde (Liefooghe, 2018a ; Leducq et Ananian, 2019). En France, Paris joue un rôle pionnier dès 2008 (Capdevila, 2015, 2016 ; Liefooghe, 2018a ; Moriset, 2011) et devient en 2017 la troisième ville mondiale en la matière4. Dans les Hauts-de-France, 27 espaces étaient recensés en 2017 sur 600 au niveau national, dont sept dans l’agglomération lilloise5. Un rapide bilan de ces expériences met en évidence leur diversité : chaque territoire le réinvente selon ses caractéristiques et l’intérêt que les responsables locaux peuvent y accorder (Nakano et al., 2020).

2.2. Des définitions à géométrie variable du coworking

La définition du CW n’est pas stabilisée (Brown, 2017 ; Marinos, 2020). Cepen- dant, des éléments de consensus sont manifestes. Les coworkers partagent une aire de travail qu’ils louent en tant qu’entrepreneurs ou autoentrepreneurs, voire en tant qu’entreprises pour y loger des salariés nomades (Bouncken et Aslam, 2021). La convivialité entre les coworkers est massivement soulignée, l’accès à des technologies numériques aussi (Liefooghe, 2018b).

Selon Fabbri (2016), un ECW est un espace de travail multi-entreprises adapté à des activités de services, que l’on rejoint dans une optique de partage au-delà du désir de développer un projet individuel. Capdevila (2015) le définit comme un espace de bureaux ouverts dans lesquels travaillent des professionnels non affiliés qui paient leurs frais. Pour Desbois (2014), l’ECW est un lieu convivial que des travailleurs indépendants ou non peuvent louer de manière flexible dans le temps et l’espace, pour travailler avec des technologies numériques dans un but créatif et accéder à des services aux côtés d’autres personnes susceptibles de collaborer. Selon Levy-Waitz (2018), cinq valeurs définissent l’ECW : collaboration, ouverture, communauté, accessibilité et durabilité. La collaboration signifie que les coworkers ont des idées qui peuvent être utiles aux autres. Ils sont curieux et attirés par la nouveauté. L’accessibilité fait référence à la diversité des activités exercées par les coworkers, quelle que soit leur profession. Enfin, la durabilité évoque l’émergence d’une nouvelle forme d’organisation du travail non stressante. Des liens de collaboration entre les coworkers génèrent des effets de réputation, une solution à une condition d’isolement lorsque l’individu travaille à son domicile (Blein, 2016 ; Clifton et al., 2019 ; Coste Lartigou et Reille-Baudrin, 2016 ; Boboc et al., 2014).

Pour nombre de chercheurs, un ECW s’appuie sur une communauté de pro- fessionnels indépendants, d’entrepreneurs et de petites entreprises qui travaillent les uns à côté des autres en partageant des ressources matérielles et des connais- sances. Les coworkers sont unis par une volonté de partager des connaissances, grâce à des interactions formelles et informelles, pour développer un projet personnel (Scaillerez et Tremblay, 2016 ; Nadant et al., 2018). Selon Fabbri (2016), l’ECW a une identité propre par rapport à d’autres types d’espace de travail car son unique fonction est le travail. Ce n’est pas une structure d’accompagnement à la création d’entreprise. Le coworker n’est pas tenu d’y rester un temps donné, le temps que son projet prenne forme, contrairement à un incubateur par exemple. Certains ECW disposent aussi d’équipements numériques sophistiqués (fab lab) pour tester in vivo de nouvelles idées, réaliser des prototypes. Fabbri (2016) distingue ainsi trois types d’ECW : ciblés, sectoriels et fermés. Les ciblés sont généralement réservés à une population particulière, par exemple des espaces académiques ou d’entreprises, pour innover et expérimenter. D’autres sont spécialisés dans une activité ou un secteur donné tout en étant ouverts à une grande diversité de profils. Les ECW fermés s’adressent à des coworkers qui se positionnent sur des activités transversales. Les membres sont sélectionnés selon leurs projets. Mais, ces différents types d’ECW ont en commun d’être des espaces de travail partagés bénéficiant de tarifs de location attractifs. Les échanges d’expériences et de connaissances ne s’inscrivent pas dans un accompagnement formel et identifié. L’émulation coopérative entre les coworkers

est propice à l’émergence d’innovations au sens large du terme (produit, processus, organisationnelle, technique ou sociale). Ceux-ci, sauf exceptions très rares, ne font pas l’objet d’une sélection à l’entrée et peuvent occuper leurs locaux pour une durée indéterminée.

La littérature met très largement l’accent sur les motivations positives des coworkers : désir d’appartenir à une communauté (Fabbri, 2016 ; Fabbri et Charue- Duboc, 2016), de créer une forme d’organisation du travail nouvelle (Desbois, 2014), de coopérer pour réaliser un projet en développant des réseaux de relations professionnelles (pour trouver des associés et des marchés) (Bouncken et al., 2020 ; Clifton et al., 2019 ; Liefooghe, 2018a, 2018b ; Morel et al., 2018), de sortir de l’isolement (Boboc et al., 2014), de créer un lien social (Blein, 2016), en suivant des logiques altruistes (Aubouin et Capdevila, 2019). Le désir de créer son emploi est plus rarement mis en avant par les chercheurs.

2.3. Une ville moyenne en reconversion industrielle

Dunkerque est une ville moyenne en reconversion industrielle (Laperche et Uzunidis, 2011). La littérature sur la reconversion industrielle (Lambert, 2013 ; Tallec, 2012) d’une part, sur les villes moyennes (Brunet, 1997 ; Santamaria, 2000 ; Carrier et Demazière, 2012 ; Tallec, 2012 ; Pribetich, 2017) d’autre part, est assez abondante. Ces agglomérations, aujourd’hui en reconversion industrielle, se sont appuyées pendant les trente glorieuses, voire précédemment, sur des grandes entreprises industrielles (sidérurgie, extraction minière, textile, etc.) et une main-d’œuvre ouvrière pléthorique. Elles sont en quête depuis les années 1980 d’une nouvelle dynamique combinant la création d’emplois salariés en attirant des entreprises et en soutenant l’entrepreneuriat. Si le salariat s’inscrit dans leur histoire, l’entrepreneuriat, pour ces populations majoritairement d’origine ouvrière, se heurte à des résistances culturelles sociales et économiques très fortes qui justifient le taux relativement faible de création d’entreprise (Boutillier, 2017).

Brunet (1997) appréhende la ville moyenne comme un objet réel non identifié. Si la façon la plus simple de la définir repose sur des données démographiques6, celles-ci peuvent varier dans le temps (Carrier et Demazière, 2012 ; Pribetich, 2017). Santamaria (2000) identifie un ensemble de caractéristiques permettant de les circonscrire : la ville moyenne se situe en position intermédiaire entre la métropole régionale et la petite ville cantonnée à la desserte locale. Elle est généralement dotée d’une administration diversifiée (municipale, préfectorale, judiciaire), d’un système éducatif développé (école, collège, lycée, voire université), de structures importantes dans la santé (cliniques, hôpitaux, médecins spécialistes) et des services à la personne et aux entreprises. On recense aussi en son sein des usines à dominante rurale ou industrielle, des magasins spécialisés et des grandes surfaces. La ville moyenne bénéficie également d’une vie intellectuelle grâce à une population diversifiée (université, outils de communication). Son évolution économique rapide après la seconde guerre mondiale a favorisé l’élévation du niveau de vie, avant la phase de déclin industriel et les difficultés de reconversion qui en résultent.

Le développement économique de Dunkerque a reposé pendant plusieurs générations sur la sidérurgie et les chantiers navals, puis a été ralenti par la fermeture des chantiers navals et par la baisse drastique de la production sidérurgique. En ce début de XXIe siècle, Dunkerque cherche à capitaliser son expérience industrielle en tirant profit de sa situation portuaire, pour être aujourd’hui un pôle d’excellence régional en matière d’énergie basé sur l’écologie industrielle et l’économie circulaire (Laperche et al., 2011 ; Kasmi, 2018). Cependant, elle reste marquée par un taux de chômage très élevé. En dépit de la création d’une université au début des années 1990 (Université du Littoral Côte d’Opale), le taux de diplômés est relativement faible (22,3 %) par rapport à la moyenne nationale (34 % selon l’OCDE). On dénombre 40 créations d’entreprise pour 10 000 habitants, contre 59 au niveau régional, dont 57 % d’autoentrepreneurs7 (Tableau 1).

3 – Étude de cas et problématique

L’article repose sur une enquête de terrain dans le premier ECW créé à Dunkerque. 16 individus (plus le fondateur-dirigeant et l’animatrice) ont été interviewés pour connaître leurs motivations, leurs ressources et parcours professionnel. Alors que la littérature insiste sur la créativité et l’innovation des coworkers, mais aussi sur leur désir d’appartenir à une communauté, les motivations sont-elles les mêmes dans une agglomération en reconversion industrielle ? Les coworkers réinventent-ils leurs pratiques en fonction de leurs ressources et du territoire dans lequel ils résident ?

3.1. Une enquête sur le terrain

Des entretiens qualitatifs semi-directifs ont été menés à partir d’un questionnaire établi dans le cadre du programme INTIMIDE8. Il s’agit de laisser aux interviewés une assez grande marge de liberté pour développer leur propos. Les récits ont été retranscrits de façon exhaustive, permettant de restituer des verbatim. Une recherche documentaire, principalement dans la presse locale9, a apporté des informations complémentaires.

Trois types de personnes ont été interviewés : le fondateur (dirigeant actuel), l’animatrice et les coworkers, pour recueillir des informations sur leur parcours professionnel et scolaire et leurs motivations (Tableau 2). La durée des entretiens est variable selon l’interlocuteur : deux fois une heure pour le fondateur, entre 15 et 30 minutes pour l’animatrice et les coworkers. Nous avons aussi passé du temps dans les locaux de l’ECW, pour en étudier les usages (Proulx, 2012) ainsi que l’aménagement des lieux, car la littérature met l’accent sur la qualité des conditions de travail qui en découle.

3.2. Un espace de coworking à Dunkerque

Créé en 2014, l’ECW est le premier de l’agglomération, sous le statut juridique d’une SARL. Au regard de la classification de Fabbri (2016), c’est un ECW sectoriel, en l’économie sociale et solidaire, qui est aussi une priorité de la CUD. Il est le produit de l’initiative d’un couple de trentenaires soutenus par cette dernière. Il est situé en centre-ville, facilement accessible (à proximité de la gare) dans un quartier ouvrier en rénovation, plus précisément dans un bâtiment industriel désaffecté, à l’abandon depuis plusieurs années. Une entreprise de confection de toile avait été créée dans les années 1860. Fermé en 1972, le bâtiment est repris par un concessionnaire automobile, puis par un commerce de meubles. Fermé définitivement en 1990, le bâtiment est acquis par la ville, qui explore des pistes de reconversion, sans projets solides pendant plusieurs années10.

Le bâtiment actuel, entièrement restauré, a conservé sa longue cheminée d’origine. Sa rénovation a été amorcée en 2003, dans le cadre du projet de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU11). Il est doté de bureaux privatifs de différentes tailles et d’un open space, d’une crèche d’une capacité de 10 lits. Une cafétéria (deux salariées, capacité d’accueil 15 personnes) permet aux coworkers de faire une pause et/ou de déjeuner, voire de discuter de leurs projets. Un fab lab et un drones park12 (créé par un coworker) ont été ouverts en 2017. Cet ECW13 se définit lui-même comme un lieu de travail collectif et collaboratif où ses usagers échangent, créent et développent leurs activités pour atteindre leurs objectifs professionnels. Des salles de réunions sont également mises à disposition des entreprises pour des événements ponctuels, à l’heure, journée ou semaine…

Le couple fondateur est composé d’un homme originaire de Dunkerque (qui n’y a pas toujours vécu) et de sa femme native des Pays-Bas. Ils ont tous deux une expérience professionnelle de six ans dans l’humanitaire dans des pays en développement. Ils sont titulaires de masters en gestion et management du sport et handicap, diplômés des universités de Lille 2, du Littoral et de Paris Nanterre. Le dirigeant insiste sur son désir d’entreprendre et d’œuvrer pour le territoire, et sur son expérience internationale : « le fait de partir à l’étranger, de voir beaucoup de choses ».

Le projet a été bien accueilli. Les fondateurs ont obtenu le prix national du meilleur créateur d’entreprise sociale (prix CREENSO14, organisé par l’IESEG et la fondation Immochan)15 en 2013. Ils ont depuis ouvert deux autres ECW, à Rouen et Nantes.

Pour faciliter les relations de coopération entre les coworkers, les locaux sont accessibles tous les jours, de 7 heures à 18 heures. Mais, ils disposent également de badges pour un accès permanent.

Selon le fondateur et l’animatrice, un ECW est « une communauté de personnes animée par un esprit de partage qui favorise une collaboration, la genèse de projets et d’idées de créativité ».

La créativité s’est traduite par la création de 30 emplois directs et indirects depuis l’ouverture. Une association, animée par une salariée (ancienne coworkeuse), contribue à l’animation en organisant des événements pour attirer de nouveaux membres, et les membres présents renforcent la convivialité. Les coworkers ne bénéficient pas d’un accompagnement. Cependant, le directeur affirme qu’il peut être amené à donner son avis, de façon informelle, sur des business plans qu’on lui présente « si quelqu’un vient me montrer son business plan et qu’il veut des retours, je le fais ».

3.3. L’échantillon interviewé

En dehors du dirigeant et de l’animatrice, 16 coworkers ont été interviewés, avec une majorité d’hommes, âgés entre 25 et 55 ans, originaires de Dunkerque, d’autres villes des Hauts-de-France (Valenciennes, Bergues), de la région parisienne et d’autres pays (Maroc, Cameroun). Parmi les 55 coworkers inscrits, entre 20 et 25 sont très actifs, selon le dirigeant. En interrogeant 16 coworkers, nous n’avons pas un échantillon représentatif, mais la population la plus impliquée sur le plan collectif. Leurs profils sont très variés : entrepreneur (Sarl, Eurl, Sasu), auto-entrepreneur, salarié d’entreprise et d’association. Ils travaillent majoritairement en open space, sans salarié, à l’exception d’une coworkeuse dans le numérique, qui a recruté une autre coworkeuse. Certains d’entre eux étaient d’abord en bureau, mais pour des raisons financières et d’isolement, ont décidé de travailler en open space.

4 – Résultats

Les résultats des entretiens montrent une situation assez contrastée au regard de la littérature. D’un côté, les interviewés déclarent former une communauté soudée, de l’autre bien qu’ils soient majoritairement diplômés de l’enseignement supérieur, le bilan en termes d’innovation est faible. Ils ont connu un parcours professionnel contrasté. Nombre d’entre eux ont créé leur emploi en intégrant l’ECW. Les résultats présentés ne portent que sur les coworkers, non sur l’animatrice.

4.1. Les motivations des coworkers : entre créer son emploi et désir d’indépendance

Sans « être entrepreneur en dernier ressort » (Casson, 1991), la raison principale en devenant coworker est de créer son emploi, dans un environnement convivial, source de complicités professionnelles, voire amicales. La réponse citée systématiquement, parmi les entrepreneurs ou autoentrepreneurs, est le désir d’indépendance relié au besoin de créer leur emploi. Mais, ils soulignent aussi le besoin de rompre l’isolement, d’appartenir à une communauté ou encore de séparer les espaces de travail et domestique : « la relation humaine qui est le plus motivant, le fait de rencontrer des gens », souligne un coworker. Un autre ajoute : « quand on travaille chez soi, on a tendance à tourner en rond, on a besoin un peu des gens, de sortir un peu de s’aérer et dans ce sens l’ECW est un bel endroit. On est à la disposition des uns et des autres, et c’est convivial. » Un autre renchérit : « Je suis vraiment venu ici avec l’objectif d’intégrer le milieu dunkerquois. N’étant pas d’ici, mon idée était de rejoindre un groupe d’entrepreneurs, et une dynamique naissante et créatrice. L’espace de coworking s’est aussi imposé parce que c’est le seul, et j’aime bien l’idée du neuf, de quelque chose qui démarre où on peut faire partie de la famille et c’est très intéressant. »

La flexibilité du système de location est largement plébiscitée. Un coworker explique : « Il n’y a pas de contrat annuel sur longue durée, on peut s’en aller dès qu’on le souhaite. » Un autre souligne qu’en intégrant l’ECW et grâce aux relations liées avec les autres, il a trouvé des clients, y compris parmi ces derniers (comptabilité et conseil) : « Je me suis dit quand on se remet à son compte, il faut aller démarcher les clients. » Paradoxalement, cette flexibilité temporelle conduit certains coworkers à rester dans les locaux pour une période de temps assez longue, au point de ne pas imaginer en partir.

4.2. Les parcours contrariés des coworkers

La motivation principale des interviewés est de créer leur emploi et le désir d’indé- pendance, mais ils disposent de faibles ressources pour réaliser leur projet (Boutillier et Uzunidis, 2017), hormis leurs diplômes du supérieur. Fait singulier, dans une agglomération où le taux de diplômés de l’enseignement supérieur est très bas, tous les coworkers, sauf un (baccalauréat), sont diplômés de l’enseignement supérieur : masters (entrepreneuriat, orientation humanitaire, design industriel, communica- tion, création artistique, ressources humaines, conception et développement des projets, etc.), licences et diplômes en arts plastiques, ingénierie ou de science Po. Tous les interviewés ont été scolarisés sur le territoire français, voire régional. Après leurs études, la plupart ont été salariés (logistique, en agence de design, restauration, etc.), les autres se sont directement lancés dans l’entrepreneuriat (import-export de bois, matériel informatique). Nombre de coworkers ont travaillé dans une activité autre que celle de leur formation. Une coworkeuse après avoir suivi une formation en science politique, s’est orientée vers la logistique dans un pôle de compétitivité local. Un coworker, aujourd’hui dirigeant une micro-entreprise, a suivi une formation d’éducateur sportif, puis a travaillé comme tel, pour se reconvertir enfin dans la logistique.

Ils ont tous financé leur projet avec leur propre épargne, qui ne mobilisaient pas des fonds importants, sans recourir au crédit bancaire ni à des aides financières. Ils résidaient tous dans la région, voire dans l’agglomération, avant d’intégrer l’ECW, combinant proximité géographique et cognitive. Les coworkers étrangers sont d’anciens étudiants, venus dans le Nord pour y faire leurs études supérieures et qui y sont restés. Un coworker précise : « Pour des raisons personnelles liées à mon couple on a déménagé sur Dunkerque, ma compagne a eu une opportunité professionnelle ici. De ce fait, je me suis rapproché d’un espace de coworking pour avoir un socle de réseau et du coup avoir un espace pour sortir de ma routine. » Un autre se confie : « C’est mes études qui m’ont fait venir dans le Nord, mon immigration m’a formé, et par bonheur j’ai rencontré ma femme. De plus, pour moi honnêtement, je peux dire que Dunkerque est la ville jumelle de ma ville natale. Topographiquement parlant elle ressemble à ma ville natale, on a les dunes, le sable fin, on a le port et on a l’industrie et Dunkerque vraiment si on voit de haut c’est un petit peu cela. C’est ce petit rappel nostalgique qui me fait toujours penser à ma ville et me motive de rester ici. »,

Les coworkers s’appuient majoritairement sur un réseau de relations sociales proches pour accéder à l’information (presse locale ou informations des collectivités territoriales locales). Ils sont étroitement encastrés dans l’agglomération, grâce à un réseau de relations sociales de proximité, familial et amical (Reix, 2008). Un d’entre eux se confie : « Le responsable du coworking et moi, nous nous sommes connus dans le domaine associatif. Il était un acteur associatif qui intervenait avec les projets humanitaires liés au sport en Afrique. C’est dans ce cadre qu’on s’est connu et quand il a eu le projet de ECW, quand il s’est finalisé, il m’a proposé, en fonction de mon parcours d’ancien chef d’entreprise, de participer au projet si tant est qu’il avait une utilité ou un lien avec mon projet. » Une coworkeuse affirme : « Le dirigeant est de ma famille. » D’autres encore par le bouche à oreille : « … et par curiosité, mais aussi le fait que ma deuxième structure était juste en face et j’ai assisté aux premiers travaux de rénovation de ECW. » D’autres coworkers ont connu le ECW par des salons professionnels : « J’ai croisé les responsables dans des salons quand j’ai commencé à commercialiser mes produits, ils présentaient le coworking. »

4.3. Des coworkers dans une ville moyenne en reconversion industrielle

L’ECW de Dunkerque est censé être spécialisé dans l’économie sociale et solidaire. Mais, les activités développées en sont plutôt éloignées. Les coworkers ont mis à profit leurs connaissances académiques et leur expérience professionnelle pour exploiter les opportunités qui se présentaient. Ils ont tous connu des parcours professionnels contrariés. Les autoentrepreneurs ont choisi ce statut, faute de trouver un emploi salarié. Certains ont aussi été contraints à rester dans l’agglomération pour des raisons familiales, généralement parce que leur conjoint (ou conjointe) avait un emploi stable. Natifs de l’agglomération, c’est aussi en ce lieu où ils ont depuis plusieurs décennies tissé un réseau de relations sociales, familiales et amicales. Les entreprises qu’ils ont créées sont de petites sociétés de services aux entreprises et/ou aux particuliers (conseil aux entreprises, livraison à domicile, publicité, certification, etc.), sauf le drones park.

Les locaux loués leur offrent de bonnes conditions de travail. Outre les bureaux ou l’open space, l’ECW dispose de lieux de vie (cafétéria, espace de relaxation, salles de réunion, etc.), mais aussi d’une crèche pour l’accueil des jeunes enfants. Il offre tous les moyens matériels de travail (wifi, fab lab), la possibilité de domicilier son entreprise et d’avoir sa place de parking. Pour renforcer son assise locale, des relations de partenariat ont été développées avec des entreprises, l’université, des associations et d’autres ECW, généralement situés dans la région des Hauts-de-France, sources de débouchés d’affaires.

5 – Conclusion et discussion

Les ECW sont nés dans les grandes villes. Depuis une dizaine d’années cependant des expériences se multiplient dans des villes petites et moyennes en reconversion industrielle. Confrontés à une situation économique et sociale difficile, les respon- sables territoriaux appréhendent leur création comme un moyen de favoriser une nouvelle dynamique reposant sur l’entrepreneuriat et l’innovation, dans un espace de travail convivial. Notre objectif était d’étudier un ECW dans l’une de ces aggloméra- tions, afin d’identifier les motivations des candidats au coworking et leurs ressources. Les interviewés ont certes trouvé un espace de travail convivial mais ils ont fondé une entreprise pour créer leur emploi. Leurs activités sont peu innovantes, bien qu’ils soient plus diplômés que la moyenne locale. Cependant, la création de cet ECW constitue en elle-même une innovation, s’agissant du premier de l’agglomération. Son passé industriel et ouvrier influe très certainement sur la faible dynamique entrepreneuriale locale, mais le déficit d’emplois local conduit certains d’entre eux à franchir le pas. L’empreinte territoriale est forte. Le nombre élevé de diplômés de l’enseignement supérieur constitue cependant un facteur majeur de changement.

Ce travail est exploratoire mais il permet de montrer les opportunités que peut offrir un ECW dans une agglomération en reconversion industrielle qui cherche à se réinventer. Cependant cette étude qualitative, basée sur un seul cas, ne permet pas d’en généraliser les résultats. Des études plus approfondies pourraient être menées sur d’autres agglomérations confrontées à des problèmes comparables.

Références bibliographiques

Aubouin N, Capdevila I (2019) La gestion de communautés de connaissances au sein des espaces de créativité et innovation : une variété de logiques de collaboration. Innovations 1 (58) : 105-134.

Basile M (2018) Émergence de dynamiques entrepreneuriales au sein d’espaces de coworking pour entrepreneurs culturels et créatifs. Géographie, économie, société 20 (3) : 295-317.

Blein A (2016) Le coworking, un espace pour les transactions hors marché ? La valorisation des réseaux sociaux pour travailleurs indépendants. Réseaux 2 (196) : 147-176.

Berrebi-Hoffmann I, Bureau M-C, Lallement M (2018) Makers. Enquête sur les laboratoires du changement social. Le Seuil, Paris.

Boboc A, Bouchared K, Deruelle V, Metzger J-L (2014) Le coworking : un dispositif pour sortir de l’isolement ? SociologieS Theory and research [online] http://journals.openedition.org/sociologies/ 4873.

Bost F, Leriche F (2018) Entreprises et territoires à l’épreuve de la démondialisation. Annales de géographie 723-724 : 443-462.

Bouncken R B, Aslam M M, Q Y (2021) Coworking spaces: understanding, using, and managing sociomateriality. Business Horizons 64(1): 119-130.

Bouncken R B, Ratzmann M, Barwinski R, Kraus S (2020) Coworking spaces: empowerment for entrepreneurship and innovation in the digital and sharing economy. Journal of Business Research 114: 102-110.

Brown J (2017) Curating the “third Place”? Coworking and mediation of creativity. Geoforum 82: 112-126.

Boutillier S, Uzunidis D (2017) L’entrepreneur. ISTE Editions, Londres.

Boutillier S (2017) Small entrepreneurship, knowledge and social resources in a heavy industrial territory. The case of eco-innovations in Dunkirk, Journal of the Knowledge Economy 10: 997-1018

Brunet R (1997) Territoires de France et d’Europe. Belin, Paris.
Capdevila I (2015) Les différentes approches entrepreneuriales dans les espaces ouverts d’innovation. Innovations 3 (48) : 87-105.

Capdevila I (2016) Une typologie d’espaces ouverts d’innovation basée sur les différents modes d’innovation et motivation à la participation. Gestion 2000 33 (4) : 93-115.

Carrier M, Demazière C (2012) Introduction la socio-économie des villes petites et moyennes : questions théoriques et implications pour l’aménagement du territoire. Revue d’Économie Régionale & Urbaine 2 : 135-149. Casson M (1991) L’entrepreneur. Economica, Paris.

Clifton N, Fuzi A, Loudon G (2019) Coworking in the digital economy: context, motivation and outcomes, Futures [online] https://doi.org/10.1016/j.futures.2019.102439.

Coste Lartigou R, Reille-Baudrin E (2016) Faire pour inventer l’avenir : Une utopie concrète ? Annales des Mines Réalités industrielles 2 (mai 2016) : 66-70.

Desbois C (2014) Le coworking : un mode de travail né de la crise ? L’exemple de Berlin. Allemagne d’Aujourd’hui 210 : 100-109.

Fabbri J (2016) Les espaces de coworking : ni tiers-lieux, ni incubateurs, ni Fab.Labs. Entreprendre & Innover 4 (31) : 8-16.

Fabbri J, Charue-Duboc F (2016) Les espaces de coworking : nouveaux intermédiaires d’innovation ouverte ? Revue française de gestion 254 : 163-180.

Formica P (2016) The Renaissance spirit of the scientist-entrepreneur. Amity Journal of Entrepreneurship1(1) : 101-106.

Kasmi F (2018) Écologie industrielle, milieu éco-innovateur et diversification de l’économie territoriale : le cas du complexe industrialo-portuaire de Dunkerque. Thèse en sciences économiques, Université du Littoral Côte d’Opale.

Lallement M (2015) L’âge du faire : hacking, travail, anarchie. Le Seuil (Points), Paris.

Lambert O (2013) De la désindustrialisation à la ré-industrialisation. Les Chemins de la reconversion : l’exemple de la zone industrielle de Peynier-Rousset dans le bassin minier de Provence. Rives méditerranéennes 3 (46) : 81-92.

Laperche B, Loreck M, Uzunidis D (2011) Crise et reconversion des milieux industrialo-portuaires : dépendance de sentier ou renouveau économique ? Les exemples de Dunkerque (France) et de Gdansk (Pologne). Revue d’Économie Régionale & Urbaine 2 : 341-368.

Laperche B, Uzunidis D (2011) Crise, innovation et renouveau des territoires : dépendance de sentier et trajectoires d’évolution. Innovations 2 (35) : 159-182.

Leducq D, Ananian P (2019) Qu’apporte l’urbanisme à l’étude des espaces de coworking ? Revue de littérature et approche renouvelée. Revue d’Économie Régionale & Urbaine 5 : 963-986.

Le Nadant A-L, Marinos C, Krauss G (2018) Les espaces de coworking. Le rôle des proximités dans les dynamiques collaboratives. Revue des Sciences de Gestion 272 : 121-137.

Levy-Wait P (2018) Mission coworking, territoires travail numérique : faire ensemble pour mieux vivre ensemble. Rapport de la Fondation Travailler autrement. Ministère de la Cohésion des Territoires, Paris.

Liefooghe C (2018a) Les tiers-lieux à l’ère du numérique : diffusion spatiale d’une utopie socio-économique. Géographie, Économie, Société 20 (1) : 33-61.

Liefooghe C (2018b) Le tiers-lieu, objet transitionnel pour un monde en transformation. L’Observatoire 52 : 9-11.

Marinos C (2020) L’émergence des lieux de retraite et de réflexion pour entrepreneurs créatifs. Revue d’Économie Régionale et Urbaine 5 : 935-949.

Michel M (1977) Ville moyenne, ville moyen. Annales de géographie 478 : 641-685.

Morel L, Dupont L, Boudarel M-R (2018) Espace d’innovation : de nouveaux lieux pour l’intelligence collective ? Technologie et innovation 18 (3) [en ligne] https://www.openscience.fr/IMG/pdf/iste_ techinn18v3n2_4.pdf.

Moriset B (2011) Tiers-lieux de travail et nouvelles territorialités de l’économie numérique : les espaces de coworking. Colloque SET-CNRS Spatialité et modernité : lieux et territoires, Pau, 13-14 octobre.

Nakano D, Shiach M, Koria M, Vasques R, Gomes dos Santos E, Virani T (2020) Coworking spaces in urban settings: prospective roles? Goeforum 115: 135-137.

Pribetich J (2017) Explorer la ville moyenne à Auxerre et à Vienne. Retour sur deux études fondatrices de la sociologie urbaine française. Espaces et Sociétés 2 (168-169) : 33-50.

Proulx S (2015) La sociologie des usages, et après ? Revue française des sciences de l’information et de la communication 6 [en ligne] https://journals.openedition.org/rfsic/1230.

Reix F (2008) L’ancrage territorial des créateurs d’entreprise aquitains : entre encastrement relationnel et attachement symbolique. Géographie, Économie, Société 3 (10) : 29-41.

Santamaria F (2000) La notion de « ville moyenne » en France, en Espagne et au Royaume-Uni. Annales de géographie 613 : 227-239.

Scaillerez A, Tremblay D-G (2016) Les espaces de coworking : les avantages du partage. Gestion 41 (2) : 90-92.

Tallec J (2012) Les trajectoires économiques et les formes sociales de l’innovation dans les villes moyennes : les cas d’Albi (Midi-Pyrénées), d’Alès (Languedoc-Roussillon), de Fougères et de Quimper (Bretagne). Revue d’Économie Régionale & Urbaine 2 : 192-214.

Torre A, Beuret J-E (2012) Proximités territoriales. Economica (Anthropos), Paris.
Trupia V D (2016) Produire un espace hybride de coopération. Une enquête ethnographique sur La Cantine. Réseaux 196 : 111-145.

Zimmermann J-B (2008) Le territoire dans l’analyse économique. Proximité géographique et proximité organisée. Revue Française de Gestion 184 (4) : 105-118.

Notes

  1. https://www.leosquare.com/coworking-france-2020/
  2. https://www.bureauxapartager.com/blog/indice-du-coworking-2019/
  3. L’agglomération dunkerquoise compte neuf communes en dehors de Dunkerque.
  4. https://www.le144-coworking.fr/blog/le-coworking-a-lechelle-mondiale/
  5. Quatrième ville française par sa population, après Paris, Lyon et Marseille, https://www. lillemetropole.fr/votre-metropole/institution/territoire-de-la-mel/chiffres-cles
  6. Généralement entre 20 000 et 200 000 habitants (Santamaria, 2000).
  7. Rapport AGUR, 2016-2017. https://www.dunkerquepromotion.org/wp-content/uploads/ 2016/07/econographe_2016-2017-light.pdf#page=1&zoom=auto,-340,616
  8. https://www.marsouin.org/mot275.html
  9. En premier lieu La voix du Nord, le quotidien le plus populaire de l’agglomération.
  10. La voix du Nord, 14 novembre 2013.
  11. http://vet2012.free.fr/ARTICLES/X2_Renovation_du_quartier_du_jeu_de_mail.pdf
  12. Il s’agit d’un espace fermé dans lequel l’on peut s’exercer au pilotage de drones https://www.dronespark.fr/
  13. https://worketco.fr/
  14. http://www.creenso.fr/index.html
  15. La Voix du Nord, le 14 novembre 2013.

L’empreinte territoriale du coworking

Armand Colin | « Revue d’Économie Régionale & Urbaine »

2021/3 Juin | pages 497 à 514

ISSN 0180-7307 ISBN 9782200933814

Article disponible en ligne à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2021-3-page-497.htm

Sophie BOUTILLIER – Université du Littoral – Côte d’Opale – Auteur correspondant sophie.boutillier@univ-littoral.fr

Eve ROSS – Université de Technologie de Compiègne, Université de Rennes 2 – Espaces et Sociétés (ESO-Rennes) eve.ross@utc.fr

Télétravail : le business florissant autour des « nomades numériques »

Autour des télétravailleurs nomades, qui parcourent le monde en quête de soleil et d’Internet à haut débit, se construit tout un écosystème, notamment composé d’agences de voyages spécialisées. Aux nouvelles modes, les nouveaux profits.

Huit pays désormais proposent des visas spéciaux pour les télétravailleurs, notamment le Costa Rica, Dubaï ou encore les Barbades. (iStock)

« Ce qui était une niche est devenu plus conventionnel », explique à l’AFP Emmanuel Guisset, lui même nomade numérique belge et fondateur d’Outsite. Son site propose aux indépendants ou salariés qui travaillent à distance une vingtaine d’espaces réunissant logements et bureaux partagés. Les prix varient de 700 euros par mois au Portugal, à 2.500 euros pour Los Angeles.

« Quand tout sera rétabli, ça va exploser »

Créé en 2015, Outsite a vu son activité ralentie par la fermeture de ses espaces pendant les premiers mois de la pandémie. Mais l’entreprise a reçu 30% de réservations de plus qu’en 2019, et le nombre d’inscriptions sur son site a triplé. « Quand tout sera rétabli, ça va exploser, et on a beaucoup d’espérance pour 2021 », assure l’entrepreneur, qui voit la pandémie et le bond du télétravail comme « un tremplin ».

Les réservations pour ses espaces au Costa Rica et à Hawaï ont déjà augmenté de moitié. En même temps, le Costa Rica, comme sept autres pays, ont mis en place un système de visa spécial pour les télétravailleurs étrangers en quête d’un cadre de rêve pour leurs réunions Zoom. « Jusque-là, la réticence des entreprises bloquait le mouvement », observe le startuppeur. Mais depuis quelques mois, il a été contacté par une vingtaine de sociétés « qui veulent payer des séjours à leurs salariés, ça devient une façon de retenir les talents ». Et une manière pour l’entreprise de se dissocier d’autres employeurs qui obligent leurs salariés au présentéisme … même quand ils peuvent travailler à distance (et que l’ordre vient du chef d’Etat).

Ambroise Debret, freelance en marketing web et « nomade numérique » depuis quatre ans, a vécu à l’automne dernier dans l’espace Outsite de Lisbonne. « Beaucoup de mes amis digital nomads y allaient, c’est un peu comme si on allait au bureau ensemble, en fait », sourit-il. Télétravailler ensemble est aussi une pratique qui se fait entre amis pour lutter contre l’isolement professionnel. On remplace les collègues par des tiers choisis. C’est, pense le chercheur français Clément Marinos, l’un des « paradoxes » des nomades numériques qui ont « à la fois un besoin de connexion avec le local, et un besoin d’appartenance à une communauté ». Pour sa part, Maurie Cohen, professeur à l’Institut Technologique du New Jersey, parle d’un « écosystème » dans lequel « les nomades numériques se vendent entre eux des services ou différentes formations ».

Compenser l’absence des touristes

C’est aussi pour répondre à ce besoin de sociabilité que le Français Matthieu Zeilas a co-fondé l’entreprise Palma Coliving. En Espagne, il loue plusieurs maisons, à partir de 850 euros par mois pour une chambre individuelle. Pour ce prix, les colocataires peuvent profiter d’un espace de travail, d’un coin méditation et d’une piscine, mais aussi participer à des ateliers et des évènements pour se créer un réseau. Avec la promesse de « doper leur productivité » tout en « échappant à la routine ».

L’entrepreneur a ouvert sa première villa à Majorque en août dernier, et a reçu plus de 200 demandes de réservation: « La pandémie, ça m’a carrément ouvert des possibilités, on répond à une vraie problématique. » Il cherche aussi à compenser l’absence des touristes, en proposant aux propriétaires qui n’arrivent plus à louer leurs propriétés sur Airbnb de les lui confier. Il espère, à terme, proposer trente nouvelles destinations.

Yacine Bakouche, président de l’agence de voyages Best of Tours, mise lui aussi sur « l’évolution vers plus de télétravail » pour proposer des séjours de quelques semaines à des télétravailleurs en mal de nature ou de dépaysement. Son projet, retardé par la crise sanitaire, devrait être lancé en mars en privilégiant d’abord des destinations françaises, comme l’Ardèche ou la Franche-Comté.

Néanmoins, le cadre de rêve et les amis-co-télétravailleurs n’empêchent pas les incivilités numériques subies à distance. Les micro-conflits s’accumulent sans pour autant qu’ils puissent être désamorcés par une franche discussion à la machine à café. Peut-être là une des limites du nomadisme numérique ?

Interview Clément Marinos par Rédaction Start – Publié le 10 février 2021

Pour retrouver l’article cliquer ici.

Télétravail : rêvez-vous de devenir un nomade numérique?

Télétravailler à temps plein, bien loin du bureau, tout en voyageant. S’installer au bord de la mer à l’étranger et travailler, entre une séance de yoga et le surf. Une utopie? Non. Mais la plupart des employeurs ne sont pas chauds à l’idée.

Emmanuel Guisset se considère comme un nomade numérique. « J’ai une base ici à San Diego, qui est une ville avec une bonne qualité de vie, moins chère que Los Angeles, New York ou San Francisco. Mais je dirais que je suis parti de quatre à six mois par année; en Europe, par exemple, et au Mexique. »

Emmanuel Guisset est le fondateur d’Outsite, un réseau mondial d’espaces de vie et de cotravail, avec accès wi-fi, dédiés aux nomades numériques et souvent situés dans des sites enchanteurs.

Ce Belge d’origine a déménagé aux États-Unis il y a neuf ans. Il travaillait alors pour une entreprise de technologie installée dans la Silicon Valley, en Californie. Il était appelé à voyager énormément, et pour des périodes assez prolongées.

J’utilisais beaucoup les hôtels et les Airbnb. Mais le problème que j’avais avec les Airbnb, c’est qu’on ne sait jamais trop ce qu’on va avoir. Et moi, ce qui était le plus important, comme je travaillais déjà à distance à ce moment-là, c’était d’avoir un bon Internet, un espace de travail. Pas beaucoup d’Airbnb avaient ça. Et les hôtels, c’était assez cher pour des séjours prolongés, et c’est assez impersonnel, raconte-t-il.

Emmanuel Guisset découvre ensuite les espaces de cotravail, dont il adore l’esprit communautaire. J’ai eu l’idée de créer un concept qui mélangeait un peu les deux, c’est-à-dire un espace de vie partagé avec tous les professionnels, avec la dimension coworking, explique-t-il.

« Au début, l’idée, c’était plutôt d’aller dans des endroits en dehors des villes. À la plage, à la montagne, pour travailler à distance et travailler avec des gens du même esprit. »

Emmanuel Guisset, fondateur d’Outsite

Il a trouvé ce qui lui convenait à Santa Cruz, une station balnéaire à une heure et demie au sud de San Francisco. « On a trouvé une villa près de la plage, on a aménagé le garage en espace de coworking et on a commencé comme ça. Ça a tout de suite bien marché, et on a eu pas mal de clients, et aussi des entreprises« , raconte-t-il.

Il a ensuite ouvert un espace à la montagne, à Tahoe, et un autre à San Diego, toujours en Californie. « À partir de ce moment-là, on s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire. Il y avait un mouvement. Un mouvement de ces gens, nomades numériques, qui voulaient voyager tout en travaillant sur leurs projets« , explique le jeune entrepreneur.

« Ça fait quasiment cinq ans, et on a créé 25 emplacements partout dans le monde. On a une grosse communauté de membres qui voyagent un peu de location en location. »

Emmanuel Guisset, fondateur d’Outsite

Qui sont les nomades numériques?

Qui sont vos clients? Emmanuel Guisset répond qu’au début, c’était surtout des gens qui travaillaient dans le secteur de la technologie. Ensuite, la clientèle s’est diversifiée. « Beaucoup de créatifs, des artistes, des blogueurs, des écrivains. Et aussi beaucoup d’entrepreneurs. Donc on a des coachs de développement personnel ou même des gens qui ont leur petite boîte, leur petite startup ou leur petite PME« , précise-t-il.

Les installations d’Outsite à Lisbonne, au Portugal.
PHOTO : COURTOISIE D’OUTSITE

Avec la pandémie, Outsite commence à recevoir beaucoup plus d’employés d’entreprises, comme Facebook ou Google, qui peuvent maintenant travailler à distance.

Emmanuel Guisset classe les nomades numériques en trois catégories :

  1. Ceux qui le font à temps plein et qui n’ont pas de base. Ils sont toujours en mouvement, passant quelques semaines ou quelques mois à un endroit.
  2. Ceux qui sont basés dans les grandes villes et qui voyagent quelques semaines ou mois par an. Emmanuel Guisset se situe dans cette catégorie.
  3. Ceux qui sont en voyage d’affaires dans les grandes villes et qui ne veulent pas aller à l’hôtel ni dans un Airbnb.

Quels sont les impacts de la pandémie? L’entrepreneur explique qu’il y a eu un petit temps d’arrêt au début de la crise en raison des confinements. « Ce qui est en train de se passer, c’est assez phénoménal pour nous. C’est-à-dire que le segment des télétravailleurs existait déjà avant le COVID; maintenant, il a totalement explosé« , note-t-il.

Et même avec les restrictions de voyage, l’entreprise a vu sa clientèle augmenter. Tous les espaces d’Outsite situés dans la nature sont pleins. Par contre, ceux des grandes villes, comme San Francisco ou New York, sont quasiment vides, note Emmanuel Guisset. « Vu qu’il y a beaucoup moins de business dans les villes, ce segment-là a vraiment beaucoup disparu« , ajoute-t-il.

Des travailleurs canadiens séduits par la Barbade

Outsite vient d’ouvrir un espace à la Barbade, dans la foulée de la nouvelle initiative de l’État insulaire pour attirer les nomades numériques. Depuis cet été, la Barbade offre aux étrangers un visa spécial qui leur permet de travailler dans l’île pendant un an.

Télétravailler au bord de la mer, à la Barbade.
PHOTO : GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO / ZSTOCKPHOTOS

En date du 16 novembre, 270 Canadiens ont obtenu le visa, baptisé le 12-Month Barbados Welcome Stamp Visa. Le Canada arrive au troisième rang des demandes de visa, derrière les États-Unis et le Royaume-Uni.

Plus des deux tiers des demandes viennent de l’Ontario (66 %), 11 % du Québec, 11 % de la Colombie-Britannique et 7 % de l’Alberta. Dans 61 % des cas, il s’agit d’un visa pour une seule personne. La plupart des demandeurs (72 %) ont moins de 45 ans.

Le visa n’est pas donné; il coûte 2000 $ US par personne ou 3000 $ US par famille. Il faut aussi s’assurer de gagner au moins 50 000 $ US pendant l’année passée sur l’île. Et comme le Canada est considéré comme une zone à risque par la Barbade, les voyageurs doivent subir un test de détection de la COVID-19 trois jours avant le départ. Ils en passent un autre à leur arrivée à la Barbade et doivent rester en quarantaine jusqu’à l’obtention des résultats.

« Des paradis pour nomades numériques« 

La Barbade n’est pas le seul pays à vouloir attirer des télétravailleurs en ce moment, souligne Clément Marinos, maître de conférences à l’Université Bretagne-Sud en économie géographique.

Les îles Caïmans sont en train de surfer sur la vague de la COVID pour attirer les nomades numériques. Le discours que tiennent les autorités, c’est : « On a très peu de cas chez nous, vous ne serez pas confinés, vous ne serez pas obligés de porter le masque. Et donc vous êtes les bienvenus aux îles Caïmans pour venir travailler », explique le chercheur, qui s’intéresse depuis plusieurs années au nomadisme numérique.

Il s’agit là d’un phénomène assez nouveau, observe l’expert. On a des pays qui essaient de tirer leur épingle du jeu; des espèces de paradis pour nomades numériques et qui jouent sur la COVID, ajoute-t-il.

À ce jour, une quinzaine d’États ont développé des politiques publiques en faveur des nomades numériques, remarque Clément Marinos. L’Estonie est le premier pays à l’avoir fait en 2014, en offrant la résidence électronique aux entrepreneurs numériques.

L’industrie touristique et le télétravail

On voit aussi proliférer ces derniers temps les offres des voyagistes pour des séjours dans le Sud en télétravail.

Le service de location de logements Airbnb propose maintenant des séjours plus longs. Ce qui n’était pas le cas avant, observe Clément Marinos. Il pense qu’Airbnb veut ainsi aller chercher les nomades numériques, avec des offres de location de trois ou six mois. « On n’est pas dans la location à long terme s’adressant à des futurs résidents. On n’est pas sur des locations de court terme s’adressant à des touristes. On est sur un entre-deux. Et Airbnb a bien senti la tendance ».

Des hôtels proposent maintenant des espaces de cotravail. Et même certains campings adaptent leur offre pour attirer les nomades numériques, affirme Clément Marinos.

« Ce n’est pas une révolution, mais en tout cas, c’est clairement une adaptation de l’offre touristique à ces nouveaux modes de travail, ces nouveaux modes de voyage, finalement, ces nouvelles mobilités« , constate le chercheur.

« Ce n’est plus réservé à une petite élite« 

Clément Marinos évalue qu’il y a environ un million de nomades numériques dans le monde. Il en arrive à ce chiffre en faisant le décompte des membres de différents groupes et forums sur les réseaux sociaux. Ce sont des communautés très actives, notamment sur Facebook et Reddit, note le chercheur. « Quand on fait la somme, on arrive à peu près à ces chiffres-là. Maintenant, ce n’est pas exhaustif. C’est une population qui est très hétérogène« , observe-t-il.

Cela va du nomade numérique à temps plein sans port d’attache à ceux qui vont adopter ce mode de vie quelques semaines par année, rappelle-t-il. « Donc, entre les deux, on a tous les éventails« , souligne l’expert.

Votre définition du nomadisme numérique? « Le nomadisme numérique concerne des individus qui s’appuient sur la technologie dans le but de travailler à distance tout en adoptant un style de vie nomade et indépendant« , répond Clément Marinos. Il ajoute qu’on trouve une grande diversité de profils, des salariés aux travailleurs indépendants en passant par des chefs d’entreprise et des cadres qui gèrent leur équipe à distance.

Quels sont les effets de la pandémie sur le nomadisme numérique? Clément Marinos rappelle d’abord que les nomades numériques ont forcément été freinés dans leur élan, à cause des restrictions de circulation liées à la COVID-19 mises en place par les différents États. Il donne l’exemple de l’île de Bali, en Indonésie, qui a fermé ses portes aux touristes étrangers pendant plusieurs mois. Il y a aussi de nombreux pays qui ont établi des quarantaines obligatoires. « Comme pour le reste des touristes, ça a freiné les flux. Ça, c’est clair« , constate-t-il.

En raison de la pandémie, l’île indonésienne de Bali n’accueillera pas de touristes internationaux avant l’année prochaine. Ici, l’aéroport de Denpasar, en juin 2020.
PHOTO : GETTY IMAGES / SLOVAKAPOLKA

Le chercheur s’attend à ce qu’il y ait probablement un effet à retardement. « On a un potentiel de nomades numériques qui est en train de grossir. Et donc demain, quand les voyages seront de nouveau possibles, on aura sans doute davantage de populations concernées par le nomadisme numérique. Du fait que le télétravail est en train de rentrer dans les routines organisationnelles, avec une population de plus en plus nombreuse qui a cette capacité à voyager tout en continuant à travailler« , explique Clément Marinos.

« On est en train de vivre un élargissement en termes de métiers, en termes de professions concernées par le télétravail. Et donc potentiellement par le nomadisme numérique. Ça, j’en suis plus que persuadé […]. Je pense qu’aujourd’hui, ce n’est plus réservé à une petite élite, même si ça l’était à l’origine. »

Clément Marinos, expert en économie géographique

Cela dit, Clément Marinos souligne que dans le grand réservoir des personnes en télétravail, seule une petite partie est en télétravail total. Et ce sont ces personnes-là qui sont potentiellement à même de devenir nomades numériques, rappelle-t-il. « Quand vous devez vous rendre une fois par semaine, deux fois par semaine au bureau, c’est compliqué d’être un nomade numérique ! » ajoute le chercheur.

Oui au télétravail, mais à temps partiel

L’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA), qui regroupe 11 000 adhérents au Québec, a fait quelques sondages sur le télétravail auprès de ses membres au cours des derniers mois. Ces enquêtes confirment que la majorité des organisations sondées ont l’intention, au-delà de la pandémie, de bonifier leur politique de télétravail, explique la directrice générale de l’Ordre, Manon Poirier.

« On a quand même un bon aperçu de l’ensemble des organisations au Québec. Bien sûr, le télétravail n’est pas possible partout, mais dès qu’il est possible, on sait que ça va perdurer dans le temps« , explique-t-elle.

Manon Poirier estime que la plupart des employeurs vont opter pour un télétravail à temps partiel, avec une présence au bureau à raison de deux ou trois jours par semaine.

« Je vous dirais que les organisations qui vont permettre le télétravail à temps plein, une fois que ce sera permis de revenir au bureau, sont plutôt exceptionnelles. »

Manon Poirier, directrice générale de l’Ordre des CRHA

Donc, le télétravail total du chalet, d’une autre province ou d’un autre pays, ce n’est certainement pas pour tout le monde, conclut-elle.

Pourquoi ces réticences des employeurs ? Manon Poirier explique que les employeurs tiennent à maintenir la culture d’organisation, et que cela passe par la présence au bureau. Ce qui est une préoccupation tout à fait légitime, selon la DG de l’Ordre des CRHA.

« C’est un peu plus difficile de traduire les valeurs d’esprit collégial et tout ça, quand tout le monde est toujours à distance, où on ne se voit que très, très rarement. Donc, c’est pour ça que les employeurs vont plus choisir un mode de travail hybride, plutôt que de permettre le télétravail à temps plein« , explique-t-elle.

« Une autre préoccupation qui est très présente, mais qu’on trouve moins légitime de notre perspective, c’est le fait que certaines organisations ont encore besoin de sentir que si les gens sont au travail physiquement, ils travaillent plus« , ajoute Manon Poirier. Cela, même s’il est maintenant reconnu que le télétravail ne nuit pas à la productivité des employés.

Trois mois à distance, sur approbation

L’avocate spécialisée en droit de l’emploi et du travail Marianne Plamondon constate aussi le peu d’appétit de bien des employeurs pour un télétravail total.

« Des employeurs se sont déjà positionnés dans des politiques pour dire que ce n’était pas permis de travailler de l’étranger. Il fallait être à distance raisonnable du lieu de travail, en tout temps. »

Marianne Plamondon, avocate associée au Cabinet Langlois Avocats, à Montréal

Marianne Plamondon conseille aux gens qui sont tentés par les multiples forfaits vacances-travail offerts en ce moment de parler d’abord avec leur patron. « Le piège là-dedans, c’est que les employés peuvent penser qu’ils peuvent faire ça sans en parler à l’employeur. Or un employeur a le droit de requérir la présence« , explique-t-elle.

Les voyagistes multiplient les offres de vacances-travail.
PHOTO : GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO / GULCIN RAGIBOGLU

Cela dit, des employeurs montréalais ont eu à se pencher sur la question du télétravail à distance et à prendre position dans des politiques, note l’avocate. La plupart, ajoute-t-elle, ont limité le télétravail à distance à trois mois, sur approbation.

« Mais encore là, il faut que l’employé garantisse la possibilité d’avoir un accès Internet fiable permettant d’exécuter toutes les tâches, comme si la personne était à Montréal ou au Québec. Et il doit aussi être disponible pour tous les appels à toute heure« , précise Marianne Plamondon.

Le nomadisme numérique va-t-il demeurer un phénomène marginal? Ce n’est pas la norme, dit Manon Poirier, de l’Ordre des CRHA. Par contre, certains employeurs confrontés à une pénurie de main-d’œuvre pourraient offrir le télétravail à distance pour attirer des talents.

C’est ce que l’expert Clément Marinos appelle un avantage en nature. « Comme dans les années 80, on fournissait une voiture de fonction, on fournissait une prime ou un téléphone portable. Aujourd’hui, on fournit la possibilité d’aller se localiser où on le souhaite« , explique le chercheur. Là, bien sûr, où le recrutement est plus difficile.

« Quand ça ne fonctionne plus, quand on n’est plus capable de trouver du monde, on dit : Regarde, tu voulais travailler neuf mois ici et trois mois dans le Sud, ou six mois-six mois; j’ai tellement besoin de cette expertise-là, parce que sinon je ne peux pas livrer mes contrats […]. On a vu beaucoup d’organisations dans les dernières années avoir des méthodes très, très créatives pour attirer des profils de gens qui avaient le goût de travailler autrement« , illustre Mamon Poirier.

« Est-ce qu’en 2022 on va basculer dans ces environnements très, très flexibles? Plus qu’avant, mais pas encore la majorité des organisations, selon nous. »

Manon Poirier, directrice générale des CRHA

Interview de Clément Marinos dans l’article de Danielle Beaudoin – CBC/Radio-Canada – Publié le 22 novembre 2020

Pour retrouver l’article cliquez ici

Tiers-lieux : des dynamiques singulières pour les centres-villes et centres-bourgs

La solution à la désaffection des centres-bourgs ne devrait-elle pas passer par la mise en place de nouveaux processus ancrés dans les changements sociétaux en cours ? Rappelons les mots de Françoise Choay qui contextualisent l’émergence des tiers-lieux dans les territoires : « Le siècle de l’urbanisme commence au moment où […] pour la première fois, on se pose la question de l’aménagement global des villes et de leur relation avec le territoire […] il a effectivement duré […] un siècle ». « En dépit des terminologies en usage, nous avons désormais quitté l’époque des métropoles pour nous engager […] dans l’ère de l’aménagement réticulé » 1 

Nos modes de travail évoluent avec le développement des outils numériques. La déconnexion entre lieu de vie et lieu de travail devient possible pour un nombre croissant de travailleurs numériques, appelés en anglais « independant location workers ». Ces mutations en cours, qui engendrent de nouvelles mobilités, sont renforcées par le besoin éprouvé par certaines familles de « quitter la métropole » souvent stressante, polluée et mal adaptée à leurs besoins et leur rythme de vie. De nombreux territoires, des plus ruraux aux périphéries urbaines, accueillent aujourd’hui parmi leur population des professionnels « indépendants au lieu de travail » qui contribuent à renouveler leurs bases productives. Répondant à une demande de sociabilité de leur part, on assiste depuis les années 2010 à un mouvement de création de lieux appelés tiers-lieux, dont font partie les espaces de travail collaboratif (« coworking ») et les laboratoires de fabrication (« fablabs »). Au-delà des postures qui opposent villes et campagnes, dans quelle mesure faut-il voir dans ce phénomène une opportunité de développement pour les centres-villes et centres-bourgs en recherche d’innovation urbaine ?

Réseaux

On connaît aujourd’hui l’influence des réseaux socio-économiques sur les capacités de développement des territoires. À travers la circulation d’informations et de ressources qu’ils mettent à la disposition de leurs membres, ils contribuent à aider les entreprises et les entrepreneurs à mener à bien leur projet et, par la même occasion, à créer de l’activité économique. La réussite d’un territoire comme les Herbiers en Vendée2 ou Vitrée en Ille-et-Vilaine est souvent attribuée à sa capacité à « faire réseau », c’est-à-dire à intégrer un maximum de parties-prenantes locales vers des dynamiques communes. Un autre attribut des réseaux a trait à leur propension à faire adhérer au projet local ou projet de territoire3 . Faire partie d’un réseau d’entreprises active le sentiment d’appartenance au territoire. Aujourd’hui, chaque ville et presque chaque village se dotent de ce type d’outils pour fédérer les forces vices présentes localement (association des commerçants, club de dirigeants d’entreprises, etc.). La Bretagne en compte par exemple plusieurs centaines, présents à toutes les échelles de territoire.
Parallèlement à ces dynamiques relativement anciennes mais néanmoins toujours très actives, on observe depuis quelques années de nouvelles formes de réseaux qui émergent aussi sur les territoires, y compris les plus modestes et périphériques. Il s’agit des tiers-lieux qui doivent être considérés tant comme des infrastructures sociales que des lieux physiques. « Usines à fabriquer du lien social », les tiers-lieux favorisent les interactions et les collaborations à l’échelle locale. Ils sont vecteurs de partage et de mutualisation de ressources. On comprend donc les raisons pour lesquelles ils suscitent une attention grandissante de la part des décideurs publics locaux. Reste que, créer son propre tiers-lieu ne suffit pas pour voir sa ville ou son village s’animer et son tissu économique ravivé.

Initiatives locales

La recherche en sciences sociales sur les tiers-lieux montre qu’il s’agit en priorité pour les décideurs publics locaux d’identifier les initiatives communautaires et, le cas échéant, de les soutenir. La mise à disposition du foncier communal pour les porteurs de projet, même si elle reste un élément nécessaire, ne s’avère souvent pas suffisante pour impulser les dynamiques socio-économiques. Le succès des tiers-lieux vient aussi et surtout de la capacité des membres de la communauté à s’approprier l’espace. Cette conscience du lieu fait partie intégrante du processus d’émergence et permet, bien souvent, d’assurer leur pérennité. Verrait-on un tiers-lieu se développer au fond d’une galerie marchande ? C’est sans doute pour cette raison que le bâtiment, voire le site, dans lequel se situe le tiers-lieu est perçu comme extrêmement important pour les animateurs fondateurs : « ce bâtiment, c’est notre fierté » peut-on entendre lorsque l’on discute avec ces derniers.
Il s’agit donc pour les collectivités locales, souvent propriétaires de foncier vacant de faire confiance aux porteurs de projet qui souhaitent investir un lieu, quitte à prendre un risque. L’identité du lieu doit être forte, faire sens et marquer la présence sur et pour le territoire. Parallèlement, les qualités patrimoniales du lieu ou du bâtiment favorisent l’intégration du tiers-lieu dans un récit collectif.

Le Site de la Fabrique du Loch - Auray (56). © La Fabrique du Loch
Le Site de la Fabrique du Loch – Auray (56). © La Fabrique du Loch

Les exemples ne manquent pas. Dans le Morbihan, le fablab d’Auray, « La Fabrique du Loch », situé dans l’ancien Hôtel-Dieu (XVIIe siècle) en cœur de ville, est ainsi devenu, en quatre ans, un lieu emblématique pour toute une frange de population de la petite ville et compte aujourd’hui plusieurs centaines de membres. À dix minutes du centre de Caen, à Colombelles, en Normandie, la « Grande Halle » abrite un tiers-lieu d’ envergure régionale, géré par l’association « Le Wip ». Ce lieu coopératif, accueille, dans un ancien site industriel, des entreprises, des artistes, des services aux habitants, des espaces de loisirs, des événements grand public, avec des valeurs tant sociales qu’éco-responsables. Trente après sa désaffection, le site industriel est ainsi réinvesti. Il contribue, à la fois à renouveler l’activité sociale et économique et à prolonger un récit collectif territorial, les deux étant intimement liés.

La Cocotte Numérique - Murat (15). © La Cocotte Numérique et Google Map
La Cocotte Numérique – Murat (15). © La Cocotte Numérique et Google Map

De plus en plus de villages et de petites cités comme Murat dans le Cantal, avec « La Cocotte numérique »4 , voient leur tiers-lieu devenir un équipement social structurant, au même titre que la mairie, le café, la boulangerie ou encore l’église. On voit même, ici et là, des églises désacralisées requalifiées en espaces de coworking !

Centralité

L’importance de la centralité mérite par ailleurs d’être soulignée en ce qui concerne les tiers-lieux. Si leur fonction de réseau les conduit à devenir des nœuds en termes d’information, ils le sont tout autant en matière de circulation des flux physiques et de rencontres. Dès lors, plusieurs motifs invitent à les considérer comme des leviers pour la revitalisation urbaine. Premièrement, ils contribuent à lutter contre l’étalement urbain en ramenant l’activité économique au centre de la cité ou du village. Deuxièmement, ils constituent une réponse, parmi d’autres, à la lutte contre la vacance commerciale. Troisièmement, ils participent aux renouvellement urbain et à la requalification de certains quartiers en reconversion (on pense ici aux friches industrielles). Enfin, et c’est peut-être le point le plus important, par les relations sociales qu’ils produisent, ils sont porteurs de convivialité, de création de vécu pour les habitants et, par extension, d’une forme de réappropriation des centres5 .
En définitive, les tiers-lieux offrent l’opportunité de revaloriser, au sens de redonner de la valeur, les centres-villes et centres-bourgs, à travers les échanges et les collaborations qu’ils génèrent. Ils doivent en effet être considérés comme des lieux d’ancrage d’où émerge un capital social à l’échelle locale par l’activation des proximités (géographiques mais aussi sociales, culturelles et organisationnelles) et la réduction des distances entre les membres d’une même communauté de destin que forment les habitants d’un territoire.

1 Extrait de l’interview de Françoise Choay introduisant le numéro exceptionnel de la revue Urbanisme « Le XXe siècle : de la ville à l’urbain » / Novembre 1999. 

2 Voir par exemple l’article “Les Herbiers, pays du plein emploi” dans Alternatives économiques: https:// alternatives-economiques.fr/herbiers-pays-du-plein-emploi/00086388. 

3 C. Marinos & S. Le Gall. (2018). Les réseaux d’entreprises locaux : un vecteur d’empowerment territorial. Géographie, économie, société, 20(3), 343-358. 

4 La Cocotte numérique est un équipement géré par Hautes Terres Communauté dont fait partie Murat. 

5 « Conjuguer Wi-Fi et patrimoine : pour revitaliser nos petites villes » Article paru dans Ouest France le 24 août 2018.

Alain MARINOS Président honoraire de l’ANABF et délégué national de l’association des Petites cités de caractère de France.

Clément MARINOS Maître de conférences en Économie, chercheur au LEGO EA2652, Université Bretagne Sud, Membre de M@rsouin.

Texte publié en septembre 2020.

Pour retrouver le texte, cliquez ici

Pour voir l’intégralité de l’intervention de Clément Marinos au colloque Alliances, cliquez ici

Quels seront les impacts de la crise sanitaire sur la pratique du coworking ?

Anne-Laure Le Nadant (Univ Rennes, LiRIS), Clément Marinos (Univ Bretagne Sud, LEGO), Gerhard Krauss (Univ Rennes, ESO)

A l’ère du numérique, le monde du travail se transforme avec une cadence inédite. Bien qu’encore minoritaire, le travail indépendant et entrepreneurial connaît une progression depuis le milieu des années 2000 (INSEE, 2019). Dans notre société « hypermobile », une fraction grandissante des travailleurs qualifiés (entrepreneurs individuels, travailleurs indépendants, salariés en télétravail), particulièrement sensible aux questions environnementales et à la qualité du cadre de vie, cherche à se libérer des conditions de travail imposées jusqu’ici (lieu, cadre, horaires). Les outils numériques fournissent un levier puissant pour décider librement où, quand et comment ils vivent et travaillent, leurs projets professionnels et de vie ne faisant qu’un. On parle ainsi de projet global (Saleilles, 2006). Alors qu’ils pourraient travailler à leur domicile, en « home office », certains de ces travailleurs ont choisi de pratiquer le coworking (Krauss et Tremblay, 2019). Depuis une quinzaine d’années, des espaces de travail collaboratif sont apparus un peu partout, dans les métropoles (Fabbri et Charue-Duboc, 2016), mais aussi dans les villes petites et moyennes et en zone rurale (Le Nadant, Marinos et Krauss, 2018), offrant à cette population un nouveau cadre de travail choisi, consenti.

La crise sanitaire du COVID-19 pourrait, toutefois, modifier durablement les pratiques professionnelles des coworkers qui auront été contraints de travailler chez eux pendant plusieurs semaines. La proximité géographique (Gilly et Torre, 2000 ; Rallet et Torre, 2004), nécessaire au développement des activités professionnelles collaboratives, a dû, pendant le confinement, être remplacée par la proximité électronique (Loilier, 2010 ; Le Nadant et al., 2018). Cette proximité électronique se définit comme la possibilité pour les acteurs de consulter, échanger et élaborer des données informatisées en temps réel ou différé via les technologies de l’information et de la communication (TIC). La généralisation de l’utilisation des TIC pendant le confinement a joué un rôle crucial dans le maintien des différentes activités professionnelles, en permettant de s’affranchir des distances. L’avantage de la proximité géographique, qui réside dans la réduction des coûts de coordination inhérents à la collaboration, a pu, pour les coworkers ayant réussi à maintenir leur activité professionnelle depuis chez eux, s’estomper voire, pour certains, disparaître. Il est donc possible que des coworkers décident de ne plus ou de moins fréquenter les espaces de coworking après la crise sanitaire, cette fréquentation ayant certainement aussi un coût difficile à assumer dans un contexte de récession économique.

A l’inverse, d’autres auront pu subir cette situation de profond isolement et consolider leur choix d’exercer leur activité en espace partagé. Cette crise sanitaire pourrait favoriser le développement du coworking, en particulier hors métropoles. En effet, les coworkers métropolitains pourraient, après une longue période de confinement dans des lieux de vie relativement exigus, modifier leurs choix professionnels et de modes de vie, afin de mieux concilier activité professionnelle et projet de vie plus global. Des mobilités résidentielles et professionnelles vers des territoires hors métropoles et l’arrivée de nouveaux coworkers dans des villes petites et moyennes ou à la campagne, que l’on observe déjà, pourraient ainsi être largement amplifiées. Par ailleurs, la pratique du coworking pourrait se développer parmi les salariés qui auront expérimenté le télétravail au cours de la période de confinement, avec des modes de management contraints de s’assouplir et d’évoluer. En effet, la crise du COVID-19 touche de plein fouet l’organisation du travail dans son ensemble. Elle devrait accélérer la numérisation du travail et le développement du télétravail, déjà expérimenté par de nombreux salariés français lors des grèves de l’hiver dernier. La pratique du coworking pourrait ainsi se diffuser plus largement dans la société et, suite à l’expérience généralisée du télétravail, elle pourrait entrer plus profondément (et durablement) dans les mœurs et les institutions. La question est ainsi de savoir si, à l’issue de cette crise sanitaire majeure, le coworking se développera à une échelle plus large et deviendra un modèle d’avenir. L’objectif de notre article est de proposer une réflexion prospective sur l’évolution de la pratique du coworking après la crise sanitaire.

Dans le cadre du projet PERI#WORK financé par l’Agence Nationale de la Recherche, une enquête auprès des utilisateurs d’espaces de coworking est en cours (France, Allemagne, Canada). L’un des objectifs de cette enquête internationale est de mesurer les effets de la crise sanitaire du COVID-19 et du confinement sur les pratiques professionnelles des coworkers. Elle nous permettra de mener une analyse prospective à partir des projections des coworkers sur l’avenir. Nous chercherons, tout d’abord, à savoir si les coworkers ont pu maintenir, de manière satisfaisante, leur activité professionnelle en télétravail à domicile. Nous identifierons les avantages et contraintes que cette situation de travail a occasionnés pour les coworkers ainsi que les changements qu’ils envisagent d’opérer, après la crise, dans leur vie personnelle (mobilités, modes de vie, changement de lieu de résidence, prise en compte de l’écologie, etc.) et professionnelle (changement de statut, de métier, etc.). En particulier, nous évaluerons les effets attendus de la crise sur leur organisation du travail et la poursuite de leur parcours professionnel. En définitive, l’étude permettra de savoir si les espaces de coworking joueront à l’avenir un rôle plus ou moins important dans la vie personnelle et professionnelle des coworkers.

Bibliographie

Fabbri J. et Charue-Duboc F. (2016), « Les espaces de coworking : nouveaux intermédiaires d’innovation ouverte ? », Revue française de gestion, vol. 1, n° 254, p. 163-180.

Gilly J.P. et Torre A. (2000). Dynamiques de Proximité, L’Harmattan, Paris.

Krauss G. et Tremblay D-G. (dir.) (2019). Tiers-lieux. Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs…, Rennes, PUR, Coll. Espace et Territoires.

Le Nadant A-L, Marinos C. et Krauss G. (2018), « Les espaces de coworking. Le rôle des proximités dans les dynamiques collaboratives », Revue française de gestion, vol. 3, n°272, p. 121-137.

Loilier T. (2010). « Innovation et territoire. Le rôle de la proximité géographique ne doit pas être surestimé », Revue française de gestion, vol. 36, n°200, p. 15-35.

Rallet A. et Torre A., (2004). « Proximité et localisation », Économie rurale, vol. 280, n°1, p. 25-41.

Saleilles, S. (2006). « L’imbrication projet de vie / projet entrepreneurial chez les entrepreneurs néo-ruraux », Management et sciences sociales, 1 (1), p. 57-68.

Cet article a été rédigé à la suite d’un appel à contributions flash de la Revue française de gestion dans le contexte de la crise sanitaire engendré par le virus responsable de l’épidémie de Covid-19.

Enquête Coworking

Nous lançons une grande étude sur l’impact des espaces de coworking (et autres espaces de travail collaboratif) sur la mobilité et les pratiques de travail de leurs utilisateurs.

Compte tenu de la situation exceptionnelle actuelle, il est très important de contribuer à la compréhension de l’impact – en cours et à venir – de la crise sanitaire du COVID-19 et du confinement sur les pratiques de coworking et sur la relation entre coworking et télétravail à domicile.

Notre enquête est destinée à l’ensemble des coworkers en France. Elle comporte deux parties. La première vise à identifier les principaux changements opérés dans les pratiques professionnelles des coworkers depuis le début de la crise. La deuxième s’intéresse aux pratiques de mobilité et de travail des coworkers, en temps normal, c’est-à-dire avant la crise sanitaire.

Si vous êtes un utilisateur régulier ou occasionnel des espaces de travail collaboratif, voici le lien pour participer à l’enquête :
https://enquetes.univ-rennes2.fr/limesurvey/index.php/483463?lang=fr

Les principaux résultats de notre enquête seront disponibles dans le courant du mois de juin. Nous espérons qu’ils seront utiles pour éclairer les réflexions prospectives sur le coworking.

Parution de l’ouvrage « Tiers-lieux, Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs… »

Épiphénomènes d’une mutation sociétale, fruits de l’économie numérique, les tiers-lieux interpellent les décideurs publics territoriaux sur l’attitude à adopter, de l’intérêt bienveillant à une tutelle complète. Ce livre présente un matériau empirique original sur cette réalité émergente, encore mal connue. Il pose de nouvelles questions, encore peu traitées dans la littérature, en s’intéressant à la trajectoire sociale des fondateurs d’espaces de coworking, aux nouvelles manières des jeunes générations de travailleurs du numérique de conjuguer leurs aspirations de liberté et d’épanouissement dans les domaines professionnel et privé, ainsi qu’à leurs nouveaux rapports à la collaboration, au travail, au territoire, à la mobilité et aux questions écologiques.

Sous la direction de Gerhard Krauss et Diane-Gabrielle Tremblay

Presses Universitaires de Rennes

En coédition avec les Presses de l’université du Québec.

Avec le soutien de la MSHB.

Travailler à la marge ?

Ce carnet accompagne les travaux du programme de recherche ANR-PERI#WORK : « Travailler à la marge ? Les espaces de travail collaboratif comme nœuds d’un
nouveau système de mobilités hors métropole », débuté en octobre 2018.

Corollaire de l’économie numérique, l’espace de travail collaboratif a essaimé des centres métropolitains vers leurs périphéries proches et éloignées, et vers les petites villes. Ce phénomène récent offre à ces territoires de nouvelles perspectives certes exigeantes, mais prometteuses. L’économie du savoir a produit des actifs indépendants, nomades et ultra-connectés – les location independent workers, à la recherche de nouveaux modes de vie et rebattant les cartes des rapports au travail, au logement, à la mobilité. L’espace de travail collaboratif périurbain ou non métropolitain crée des « nœuds », recoupement de réseaux et de créativité. Il interpelle les décideurs territoriaux sur les nouveaux défis des politiques publiques, y compris sur la question de l’environnement. L’espace de travail collaboratif, s’inscrira-t-il dans le temps et sur son territoire ? Quel est « l’ADN sociologique » des utilisateurs ? Quelles synergies s’y développent ? Une équipe de recherche pluridisciplinaire canadoeuropéenne rencontrera ces nouveaux travailleurs dans leurs espaces de travail collaboratifs pour, au-delà du phénomène, étudier les prémices d’un changement de société.

Projet financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR), s’inscrivant sur une durée de trois ans (octobre 2018 à septembre 2021) et coordonné par Gerhard Krauss (ESO-Rennes UMR CNRS 6590)

Partenaires : ESO-Rennes UMR CNRS 6590, LiRIS EA 7481 (Université Rennes 2), LEMNA EA 4272 (Université de Nantes), TVES EA 4477 (Université de Lille), LEGO EA 2652 (Université Bretagne Sud), ARUC et Université TÉLUQ (Montréal), York University – Glendon Campus (Toronto), Université McGill (Montréal), Université de Moncton.