Le coworking, une vraie révolution pour la mobilité des travailleurs ?

Benoît Feildel (Univ. Rennes 2, ESO), Anne-Laure Le Nadant (Univ. Rennes 2, LIRIS), Gerhard Krauss (Univ. Rennes 2, ESO)

Avec les confinements, le co-working a explosé bien au-delà des métropoles. Shutterstock

La pandémie de Covid-19 a bousculé nos habitudes et nos routines dans les domaines professionnel et privé. Dans ce contexte exceptionnel, un grand nombre de salariés sont passés au télétravail, alors que cette modalité d’activité était traditionnellement associée au statut des indépendants.

Chez les professions intellectuelles, les travailleurs indépendants avaient pour beaucoup commencé à fréquenter des espaces de coworking bien avant la pandémie. Ceux-ci offrent en effet une solution flexible et à moindre coût pour répondre à la quête d’un environnement social et convivial, sortant des cadres à la fois de l’entreprise classique et du travail à domicile, et permettant un rapprochement géographique entre lieux de vie et de travail.

Depuis les confinements successifs, ces espaces qui déjà se multipliaient, essaiment de plus en plus au-delà des métropoles, largement poussées par les pouvoirs publics.

Dans le cadre de notre consortium de recherche franco-canadien, nous nous intéressons à l’engouement pour ces espaces de travail et à leurs effets, supposés et réels, sur les territoires dans lesquels ils s’implantent – notamment leur contribution à la réduction des déplacements.

Trentenaires éduqués et formés

Le phénomène d’explosion des espaces de coworking, y compris en dehors des métropoles, s’inscrit dans des tendances sociétales plus globales, dont la prolifération des « tiers lieux » apparaît comme un aspect important.

Cette dynamique a été portée en grande partie par une population de trentenaires plutôt éduquée et formée, ayant grandi avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication et s’en servant largement dans le cadre de son activité professionnelle.

<a href="http://<iframe width="600" height="338" src="https://www.youtube.com/embed/ylIDDJhRnRM" title="YouTube video player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>" data-type="URL" data-id="<iframe width="600" height="338" src="https://www.youtube.com/embed/ylIDDJhRnRM" title="YouTube video player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen>lien : Vidéo « Coworking, tiers-lieux, espaces hybrides : la nouvelle vie de bureau (France24, 2 avril 2021)

Il y a bien sûr parmi les coworkers une part grandissante d’urbains qui quittent les grandes villes pour changer de vie, choisissant de partir s’installer dans une ville moyenne ou une petite commune.

Mais cette population compte également des travailleurs déjà ancrés dans ces territoires, ou bien qui en sont originaires et y retournent après un emploi ou des études ailleurs.

Des conditions de vie et de travail choisies

Ces travailleurs installés dans des villes plus petites qui optent pour le coworking se distinguent des catégories plus anciennes implantées dans ces territoires, par leur niveau d’éducation notamment.

Ces nouveaux télétravailleurs privilégient la qualité du cadre de vie, le coût du logement et l’accessibilité dans leurs choix de localisation pour s’implanter dans des villes comme Fougères, Vichy, Valence, Quimper, Orléans, Albi, Chalon-sur-Saône, Angoulême, ou encore Vitré. Mieux dotée et davantage diplômée, cette population est supposée maîtriser ses conditions de vie et de travail,
« choisies » et non plus « subies ».

Contrairement aux participants du mouvement des « gilets jaunes », ils ne connaissent pas les inconvénients d’un modèle de travail imposant des navettes quotidiennes chronophages et coûteuses entre lieux de résidence et d’emploi. Cela n’exclut pas pour certains des situations précaires, mais il est clair que ces individus peuvent s’affranchir des contraintes spatiales et temporelles du modèle de travail classique, grâce à un accès privilégié au « nomadisme numérique ».

S’ils restent minoritaires parmi les actifs, leur mouvement est toutefois potentiellement annonciateur d’une transition sociétale plus large.

Les tiers lieux, dada des pouvoirs publics

Depuis plusieurs années, les pouvoirs publics s’intéressent aux « tiers lieux », dont font partie les espaces de coworking. Le terme de « tiers lieu » désigne un lieu intermédiaire, à mi-chemin entre le « premier » lieu (le domicile) et le « second » (l’entreprise), entre les sphères publique et privée.

Lieu de rencontres, censé favoriser les échanges, le partage et l’émergence d’une communauté d’usagers, il englobe différentes formes, tels que les espaces de coworking principalement voués aux activités productives, mais également les fab labs, les hackerspaces, renvoyant à des activités plus diverses.

Ces tiers lieux sont notamment perçus comme un moyen de redynamiser les territoires et de réduire les mobilités polluantes. Le gouvernement français a ainsi récemment confirmé son engagement en faveur des tiers-lieux à hauteur de 130 millions d’euros, dont la moitié proviendra du plan de relance.

Lien “The conversation : Le casse tête de la dépendance automobile dans les zones peu denses ” (lire sur @FR_Conversation)

En 2018, un rapport a été commandé par le gouvernement pour dresser un état des lieux et développer des stratégies à venir sur le sujet. Les conclusions de ce rapport, qui ont été confirmées depuis par le récent rapport France tiers-lieux 2021, reflètent les grands espoirs mis dans leur développement et les ambitions que nourrissent les pouvoirs publics et les institutions à leur égard. La teneur globale de ces rapports est très largement enthousiaste et déjà tournée vers l’action.

Ils soulignent, entre autres, le rôle important des tiers lieux et des espaces de coworking comme leviers de dynamiques sociale et économique « très structurantes».

Une révolution pour la mobilité ?

Ces documents mettent en avant le rôle précurseur des tiers lieux dans la promotion de nouvelles manières de travailler, dont le travail indépendant et le télétravail – et ceci bien avant la crise sanitaire (qui par la suite jouera un rôle catalyseur fort dans cette évolution).

Les tiers lieux et les espaces de coworking sont également qualifiés d’« acteurs essentiels de la transition numérique et écologique dans les territoires ». En séparant les sphères professionnelle et privée tout en offrant un lieu de travail plus proche du domicile, ils auraient un rôle potentiel à jouer pour la réduction des mobilités quotidiennes liées au travail.

De nombreuses régions ont d’ailleurs développé des programmes pour soutenir la création de tels lieux (par exemple : Île-de-France, Pays de la Loire, Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, etc.).

Étude sur les comportements des coworkers

L’enthousiasme des pouvoirs publics et des acteurs du terrain incite néanmoins l’observateur scientifique à un regard plus critique. Ces lieux favorisent-ils réellement de nouvelles collaborations et une réduction des mobilités néfastes pour l’environnement, en les remplaçant par des pratiques plus vertueuses ? S’intègrent-ils bien dans le paysage socio-économique existant sur le territoire ? Quelle doit être l’implication des pouvoirs publics et des institutions dans le portage de ces lieux ? Telles sont les questions auxquelles nous tâchons de répondre dans le cadre du programme de recherche Peri#work.

Lien : “The Conversation : Après la crise, quelles perspectives pour les espaces de coworking” (lire sur @FR_Conversation)

L’analyse plus approfondie des comportements de coworkers révèle une réalité plus complexe. Notre équipe a réalisé en 2019 une trentaine de monographies de tiers lieux, avec une approche comparative à partir de terrains variés en France et à l’international.

Une enquête par questionnaire (en ligne) a en outre été effectuée entre le 10 avril et le 15 juin 2020, s’adressant aux utilisateurs des espaces de coworking (229 réponses complètes obtenues pour la France).

En complément, les mobilités des coworkers ont été étudiées plus en détail sur deux espaces implantés dans des territoires périphériques aux grandes métropoles (Nantes et Rennes, dans l’ouest de la France), s’appuyant sur des suivis GPS et des entretiens approfondis.

Pas d’effet probant sur l’usage de la voiture

Les conclusions de ce travail révèlent que l’argument intuitif et à première vue plausible de la contribution des espaces de coworking à la transition écologique s’avère trop simple.

On n’observe pas pour l’instant un effet significatif en faveur d’une réduction des mobilités automobiles chez les usagers de ces tiers lieux, bien qu’un certain nombre de déplacements professionnels tendent à être remplacés par des communications virtuelles depuis le début de la crise sanitaire.

L’usage de l’automobile occupe en effet encore une place importante, surtout dans les territoires situés à la périphérie des métropoles, par contrainte ou par absence d’alternatives, et ce malgré une « conscience écologique » prononcée chez les coworkers.

Un retour aux espaces de proximité

Si la mobilité ne diminue globalement pas, plusieurs évolutions notables concernent toutefois la façon dont les déplacements sont vécus par les coworkers et leur organisation au quotidien.

Le rapport entre mobilités « subies » et mobilités « choisies » a tendance à s’inverser au profit des secondes. De nouvelles valeurs associées à la mobilité émergent, qui rejaillissent notamment sur les déplacements longs, avec le souci de les minimiser, ou du moins de les rationaliser. C’est-à-dire de les réorganiser dans le but d’une plus grande efficacité – en privilégiant les transports en commun ou le covoiturage lorsque cela est possible, et en y associant plusieurs motifs ou objectifs.

Lien : “The Conversation : Le confinement laboratoire d’une ruralité moins dépendante à la voiture” (lire sur @FR_Conversation)

Enfin, nous avons également constaté une réappropriation des espaces de proximité autour des lieux de travail et de résidence dans l’ensemble des dimensions de la vie quotidienne, que ce soit pour se nourrir, se loger, se cultiver, se divertir, etc. Ce réinvestissement de l’espace proche est d’autant plus fort que l’espace de coworking est éloigné des centres urbains.

Une tendance prometteuse à long terme

Les individus fréquentant un espace de coworking à la périphérie des métropoles sont vite rattrapés par la réalité, qui les conduit à se servir couramment d’une voiture. S’ils compensent par des engagements sur leur territoire ou une consommation locale, par exemple, leur sensibilité écologique n’en demeure pas moins entravée par un ensemble de contraintes matérielles.

C’est lorsqu’ils en seront libérés que les pratiques de mobilité pourront se transformer sur le long terme, en partie grâce à ces espaces de travail collaboratif et partagés.

Pour cela, certaines évolutions, relevant de l’action des pouvoirs publics, apparaissent néanmoins nécessaires : entre autres, le développement de nouveaux systèmes et/ou technologies de mobilité, l’accès et la relocalisation des services de proximité ou une meilleure reconnaissance par les entreprises de la légitimité du travail à distance à partir d’un espace de coworking.

Article à retrouver sur le site The Conversation (https://www.fondation-travailler-autrement.org/2018/09/19/mission-coworking-faire-ensemble-pour-mieux-vivre-ensemble/) – publié le 20 octobre 2021

Benoît Feildel Maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Rennes 2

Anne-Laure Le Nadant Professeur des universités en sciences de gestion, Université de Rennes 2

Gerhard Krauss Maître de conférences de sociologie, Université de Rennes 2

Télétravail : le business florissant autour des « nomades numériques »

Autour des télétravailleurs nomades, qui parcourent le monde en quête de soleil et d’Internet à haut débit, se construit tout un écosystème, notamment composé d’agences de voyages spécialisées. Aux nouvelles modes, les nouveaux profits.

Huit pays désormais proposent des visas spéciaux pour les télétravailleurs, notamment le Costa Rica, Dubaï ou encore les Barbades. (iStock)

« Ce qui était une niche est devenu plus conventionnel », explique à l’AFP Emmanuel Guisset, lui même nomade numérique belge et fondateur d’Outsite. Son site propose aux indépendants ou salariés qui travaillent à distance une vingtaine d’espaces réunissant logements et bureaux partagés. Les prix varient de 700 euros par mois au Portugal, à 2.500 euros pour Los Angeles.

« Quand tout sera rétabli, ça va exploser »

Créé en 2015, Outsite a vu son activité ralentie par la fermeture de ses espaces pendant les premiers mois de la pandémie. Mais l’entreprise a reçu 30% de réservations de plus qu’en 2019, et le nombre d’inscriptions sur son site a triplé. « Quand tout sera rétabli, ça va exploser, et on a beaucoup d’espérance pour 2021 », assure l’entrepreneur, qui voit la pandémie et le bond du télétravail comme « un tremplin ».

Les réservations pour ses espaces au Costa Rica et à Hawaï ont déjà augmenté de moitié. En même temps, le Costa Rica, comme sept autres pays, ont mis en place un système de visa spécial pour les télétravailleurs étrangers en quête d’un cadre de rêve pour leurs réunions Zoom. « Jusque-là, la réticence des entreprises bloquait le mouvement », observe le startuppeur. Mais depuis quelques mois, il a été contacté par une vingtaine de sociétés « qui veulent payer des séjours à leurs salariés, ça devient une façon de retenir les talents ». Et une manière pour l’entreprise de se dissocier d’autres employeurs qui obligent leurs salariés au présentéisme … même quand ils peuvent travailler à distance (et que l’ordre vient du chef d’Etat).

Ambroise Debret, freelance en marketing web et « nomade numérique » depuis quatre ans, a vécu à l’automne dernier dans l’espace Outsite de Lisbonne. « Beaucoup de mes amis digital nomads y allaient, c’est un peu comme si on allait au bureau ensemble, en fait », sourit-il. Télétravailler ensemble est aussi une pratique qui se fait entre amis pour lutter contre l’isolement professionnel. On remplace les collègues par des tiers choisis. C’est, pense le chercheur français Clément Marinos, l’un des « paradoxes » des nomades numériques qui ont « à la fois un besoin de connexion avec le local, et un besoin d’appartenance à une communauté ». Pour sa part, Maurie Cohen, professeur à l’Institut Technologique du New Jersey, parle d’un « écosystème » dans lequel « les nomades numériques se vendent entre eux des services ou différentes formations ».

Compenser l’absence des touristes

C’est aussi pour répondre à ce besoin de sociabilité que le Français Matthieu Zeilas a co-fondé l’entreprise Palma Coliving. En Espagne, il loue plusieurs maisons, à partir de 850 euros par mois pour une chambre individuelle. Pour ce prix, les colocataires peuvent profiter d’un espace de travail, d’un coin méditation et d’une piscine, mais aussi participer à des ateliers et des évènements pour se créer un réseau. Avec la promesse de « doper leur productivité » tout en « échappant à la routine ».

L’entrepreneur a ouvert sa première villa à Majorque en août dernier, et a reçu plus de 200 demandes de réservation: « La pandémie, ça m’a carrément ouvert des possibilités, on répond à une vraie problématique. » Il cherche aussi à compenser l’absence des touristes, en proposant aux propriétaires qui n’arrivent plus à louer leurs propriétés sur Airbnb de les lui confier. Il espère, à terme, proposer trente nouvelles destinations.

Yacine Bakouche, président de l’agence de voyages Best of Tours, mise lui aussi sur « l’évolution vers plus de télétravail » pour proposer des séjours de quelques semaines à des télétravailleurs en mal de nature ou de dépaysement. Son projet, retardé par la crise sanitaire, devrait être lancé en mars en privilégiant d’abord des destinations françaises, comme l’Ardèche ou la Franche-Comté.

Néanmoins, le cadre de rêve et les amis-co-télétravailleurs n’empêchent pas les incivilités numériques subies à distance. Les micro-conflits s’accumulent sans pour autant qu’ils puissent être désamorcés par une franche discussion à la machine à café. Peut-être là une des limites du nomadisme numérique ?

Interview Clément Marinos par Rédaction Start – Publié le 10 février 2021

Pour retrouver l’article cliquer ici.

Télétravail : rêvez-vous de devenir un nomade numérique?

Télétravailler à temps plein, bien loin du bureau, tout en voyageant. S’installer au bord de la mer à l’étranger et travailler, entre une séance de yoga et le surf. Une utopie? Non. Mais la plupart des employeurs ne sont pas chauds à l’idée.

Emmanuel Guisset se considère comme un nomade numérique. « J’ai une base ici à San Diego, qui est une ville avec une bonne qualité de vie, moins chère que Los Angeles, New York ou San Francisco. Mais je dirais que je suis parti de quatre à six mois par année; en Europe, par exemple, et au Mexique. »

Emmanuel Guisset est le fondateur d’Outsite, un réseau mondial d’espaces de vie et de cotravail, avec accès wi-fi, dédiés aux nomades numériques et souvent situés dans des sites enchanteurs.

Ce Belge d’origine a déménagé aux États-Unis il y a neuf ans. Il travaillait alors pour une entreprise de technologie installée dans la Silicon Valley, en Californie. Il était appelé à voyager énormément, et pour des périodes assez prolongées.

J’utilisais beaucoup les hôtels et les Airbnb. Mais le problème que j’avais avec les Airbnb, c’est qu’on ne sait jamais trop ce qu’on va avoir. Et moi, ce qui était le plus important, comme je travaillais déjà à distance à ce moment-là, c’était d’avoir un bon Internet, un espace de travail. Pas beaucoup d’Airbnb avaient ça. Et les hôtels, c’était assez cher pour des séjours prolongés, et c’est assez impersonnel, raconte-t-il.

Emmanuel Guisset découvre ensuite les espaces de cotravail, dont il adore l’esprit communautaire. J’ai eu l’idée de créer un concept qui mélangeait un peu les deux, c’est-à-dire un espace de vie partagé avec tous les professionnels, avec la dimension coworking, explique-t-il.

“Au début, l’idée, c’était plutôt d’aller dans des endroits en dehors des villes. À la plage, à la montagne, pour travailler à distance et travailler avec des gens du même esprit.”

Emmanuel Guisset, fondateur d’Outsite

Il a trouvé ce qui lui convenait à Santa Cruz, une station balnéaire à une heure et demie au sud de San Francisco. “On a trouvé une villa près de la plage, on a aménagé le garage en espace de coworking et on a commencé comme ça. Ça a tout de suite bien marché, et on a eu pas mal de clients, et aussi des entreprises“, raconte-t-il.

Il a ensuite ouvert un espace à la montagne, à Tahoe, et un autre à San Diego, toujours en Californie. “À partir de ce moment-là, on s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire. Il y avait un mouvement. Un mouvement de ces gens, nomades numériques, qui voulaient voyager tout en travaillant sur leurs projets“, explique le jeune entrepreneur.

“Ça fait quasiment cinq ans, et on a créé 25 emplacements partout dans le monde. On a une grosse communauté de membres qui voyagent un peu de location en location.”

Emmanuel Guisset, fondateur d’Outsite

Qui sont les nomades numériques?

Qui sont vos clients? Emmanuel Guisset répond qu’au début, c’était surtout des gens qui travaillaient dans le secteur de la technologie. Ensuite, la clientèle s’est diversifiée. “Beaucoup de créatifs, des artistes, des blogueurs, des écrivains. Et aussi beaucoup d’entrepreneurs. Donc on a des coachs de développement personnel ou même des gens qui ont leur petite boîte, leur petite startup ou leur petite PME“, précise-t-il.

Les installations d’Outsite à Lisbonne, au Portugal.
PHOTO : COURTOISIE D’OUTSITE

Avec la pandémie, Outsite commence à recevoir beaucoup plus d’employés d’entreprises, comme Facebook ou Google, qui peuvent maintenant travailler à distance.

Emmanuel Guisset classe les nomades numériques en trois catégories :

  1. Ceux qui le font à temps plein et qui n’ont pas de base. Ils sont toujours en mouvement, passant quelques semaines ou quelques mois à un endroit.
  2. Ceux qui sont basés dans les grandes villes et qui voyagent quelques semaines ou mois par an. Emmanuel Guisset se situe dans cette catégorie.
  3. Ceux qui sont en voyage d’affaires dans les grandes villes et qui ne veulent pas aller à l’hôtel ni dans un Airbnb.

Quels sont les impacts de la pandémie? L’entrepreneur explique qu’il y a eu un petit temps d’arrêt au début de la crise en raison des confinements. “Ce qui est en train de se passer, c’est assez phénoménal pour nous. C’est-à-dire que le segment des télétravailleurs existait déjà avant le COVID; maintenant, il a totalement explosé“, note-t-il.

Et même avec les restrictions de voyage, l’entreprise a vu sa clientèle augmenter. Tous les espaces d’Outsite situés dans la nature sont pleins. Par contre, ceux des grandes villes, comme San Francisco ou New York, sont quasiment vides, note Emmanuel Guisset. “Vu qu’il y a beaucoup moins de business dans les villes, ce segment-là a vraiment beaucoup disparu“, ajoute-t-il.

Des travailleurs canadiens séduits par la Barbade

Outsite vient d’ouvrir un espace à la Barbade, dans la foulée de la nouvelle initiative de l’État insulaire pour attirer les nomades numériques. Depuis cet été, la Barbade offre aux étrangers un visa spécial qui leur permet de travailler dans l’île pendant un an.

Télétravailler au bord de la mer, à la Barbade.
PHOTO : GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO / ZSTOCKPHOTOS

En date du 16 novembre, 270 Canadiens ont obtenu le visa, baptisé le 12-Month Barbados Welcome Stamp Visa. Le Canada arrive au troisième rang des demandes de visa, derrière les États-Unis et le Royaume-Uni.

Plus des deux tiers des demandes viennent de l’Ontario (66 %), 11 % du Québec, 11 % de la Colombie-Britannique et 7 % de l’Alberta. Dans 61 % des cas, il s’agit d’un visa pour une seule personne. La plupart des demandeurs (72 %) ont moins de 45 ans.

Le visa n’est pas donné; il coûte 2000 $ US par personne ou 3000 $ US par famille. Il faut aussi s’assurer de gagner au moins 50 000 $ US pendant l’année passée sur l’île. Et comme le Canada est considéré comme une zone à risque par la Barbade, les voyageurs doivent subir un test de détection de la COVID-19 trois jours avant le départ. Ils en passent un autre à leur arrivée à la Barbade et doivent rester en quarantaine jusqu’à l’obtention des résultats.

Des paradis pour nomades numériques

La Barbade n’est pas le seul pays à vouloir attirer des télétravailleurs en ce moment, souligne Clément Marinos, maître de conférences à l’Université Bretagne-Sud en économie géographique.

Les îles Caïmans sont en train de surfer sur la vague de la COVID pour attirer les nomades numériques. Le discours que tiennent les autorités, c’est : “On a très peu de cas chez nous, vous ne serez pas confinés, vous ne serez pas obligés de porter le masque. Et donc vous êtes les bienvenus aux îles Caïmans pour venir travailler”, explique le chercheur, qui s’intéresse depuis plusieurs années au nomadisme numérique.

Il s’agit là d’un phénomène assez nouveau, observe l’expert. On a des pays qui essaient de tirer leur épingle du jeu; des espèces de paradis pour nomades numériques et qui jouent sur la COVID, ajoute-t-il.

À ce jour, une quinzaine d’États ont développé des politiques publiques en faveur des nomades numériques, remarque Clément Marinos. L’Estonie est le premier pays à l’avoir fait en 2014, en offrant la résidence électronique aux entrepreneurs numériques.

L’industrie touristique et le télétravail

On voit aussi proliférer ces derniers temps les offres des voyagistes pour des séjours dans le Sud en télétravail.

Le service de location de logements Airbnb propose maintenant des séjours plus longs. Ce qui n’était pas le cas avant, observe Clément Marinos. Il pense qu’Airbnb veut ainsi aller chercher les nomades numériques, avec des offres de location de trois ou six mois. “On n’est pas dans la location à long terme s’adressant à des futurs résidents. On n’est pas sur des locations de court terme s’adressant à des touristes. On est sur un entre-deux. Et Airbnb a bien senti la tendance”.

Des hôtels proposent maintenant des espaces de cotravail. Et même certains campings adaptent leur offre pour attirer les nomades numériques, affirme Clément Marinos.

Ce n’est pas une révolution, mais en tout cas, c’est clairement une adaptation de l’offre touristique à ces nouveaux modes de travail, ces nouveaux modes de voyage, finalement, ces nouvelles mobilités“, constate le chercheur.

Ce n’est plus réservé à une petite élite

Clément Marinos évalue qu’il y a environ un million de nomades numériques dans le monde. Il en arrive à ce chiffre en faisant le décompte des membres de différents groupes et forums sur les réseaux sociaux. Ce sont des communautés très actives, notamment sur Facebook et Reddit, note le chercheur. “Quand on fait la somme, on arrive à peu près à ces chiffres-là. Maintenant, ce n’est pas exhaustif. C’est une population qui est très hétérogène“, observe-t-il.

Cela va du nomade numérique à temps plein sans port d’attache à ceux qui vont adopter ce mode de vie quelques semaines par année, rappelle-t-il. “Donc, entre les deux, on a tous les éventails“, souligne l’expert.

Votre définition du nomadisme numérique? “Le nomadisme numérique concerne des individus qui s’appuient sur la technologie dans le but de travailler à distance tout en adoptant un style de vie nomade et indépendant“, répond Clément Marinos. Il ajoute qu’on trouve une grande diversité de profils, des salariés aux travailleurs indépendants en passant par des chefs d’entreprise et des cadres qui gèrent leur équipe à distance.

Quels sont les effets de la pandémie sur le nomadisme numérique? Clément Marinos rappelle d’abord que les nomades numériques ont forcément été freinés dans leur élan, à cause des restrictions de circulation liées à la COVID-19 mises en place par les différents États. Il donne l’exemple de l’île de Bali, en Indonésie, qui a fermé ses portes aux touristes étrangers pendant plusieurs mois. Il y a aussi de nombreux pays qui ont établi des quarantaines obligatoires. “Comme pour le reste des touristes, ça a freiné les flux. Ça, c’est clair“, constate-t-il.

En raison de la pandémie, l’île indonésienne de Bali n’accueillera pas de touristes internationaux avant l’année prochaine. Ici, l’aéroport de Denpasar, en juin 2020.
PHOTO : GETTY IMAGES / SLOVAKAPOLKA

Le chercheur s’attend à ce qu’il y ait probablement un effet à retardement. “On a un potentiel de nomades numériques qui est en train de grossir. Et donc demain, quand les voyages seront de nouveau possibles, on aura sans doute davantage de populations concernées par le nomadisme numérique. Du fait que le télétravail est en train de rentrer dans les routines organisationnelles, avec une population de plus en plus nombreuse qui a cette capacité à voyager tout en continuant à travailler“, explique Clément Marinos.

“On est en train de vivre un élargissement en termes de métiers, en termes de professions concernées par le télétravail. Et donc potentiellement par le nomadisme numérique. Ça, j’en suis plus que persuadé […]. Je pense qu’aujourd’hui, ce n’est plus réservé à une petite élite, même si ça l’était à l’origine.”

Clément Marinos, expert en économie géographique

Cela dit, Clément Marinos souligne que dans le grand réservoir des personnes en télétravail, seule une petite partie est en télétravail total. Et ce sont ces personnes-là qui sont potentiellement à même de devenir nomades numériques, rappelle-t-il. “Quand vous devez vous rendre une fois par semaine, deux fois par semaine au bureau, c’est compliqué d’être un nomade numérique !” ajoute le chercheur.

Oui au télétravail, mais à temps partiel

L’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA), qui regroupe 11 000 adhérents au Québec, a fait quelques sondages sur le télétravail auprès de ses membres au cours des derniers mois. Ces enquêtes confirment que la majorité des organisations sondées ont l’intention, au-delà de la pandémie, de bonifier leur politique de télétravail, explique la directrice générale de l’Ordre, Manon Poirier.

On a quand même un bon aperçu de l’ensemble des organisations au Québec. Bien sûr, le télétravail n’est pas possible partout, mais dès qu’il est possible, on sait que ça va perdurer dans le temps“, explique-t-elle.

Manon Poirier estime que la plupart des employeurs vont opter pour un télétravail à temps partiel, avec une présence au bureau à raison de deux ou trois jours par semaine.

“Je vous dirais que les organisations qui vont permettre le télétravail à temps plein, une fois que ce sera permis de revenir au bureau, sont plutôt exceptionnelles.”

Manon Poirier, directrice générale de l’Ordre des CRHA

Donc, le télétravail total du chalet, d’une autre province ou d’un autre pays, ce n’est certainement pas pour tout le monde, conclut-elle.

Pourquoi ces réticences des employeurs ? Manon Poirier explique que les employeurs tiennent à maintenir la culture d’organisation, et que cela passe par la présence au bureau. Ce qui est une préoccupation tout à fait légitime, selon la DG de l’Ordre des CRHA.

C’est un peu plus difficile de traduire les valeurs d’esprit collégial et tout ça, quand tout le monde est toujours à distance, où on ne se voit que très, très rarement. Donc, c’est pour ça que les employeurs vont plus choisir un mode de travail hybride, plutôt que de permettre le télétravail à temps plein“, explique-t-elle.

Une autre préoccupation qui est très présente, mais qu’on trouve moins légitime de notre perspective, c’est le fait que certaines organisations ont encore besoin de sentir que si les gens sont au travail physiquement, ils travaillent plus“, ajoute Manon Poirier. Cela, même s’il est maintenant reconnu que le télétravail ne nuit pas à la productivité des employés.

Trois mois à distance, sur approbation

L’avocate spécialisée en droit de l’emploi et du travail Marianne Plamondon constate aussi le peu d’appétit de bien des employeurs pour un télétravail total.

“Des employeurs se sont déjà positionnés dans des politiques pour dire que ce n’était pas permis de travailler de l’étranger. Il fallait être à distance raisonnable du lieu de travail, en tout temps.”

Marianne Plamondon, avocate associée au Cabinet Langlois Avocats, à Montréal

Marianne Plamondon conseille aux gens qui sont tentés par les multiples forfaits vacances-travail offerts en ce moment de parler d’abord avec leur patron. “Le piège là-dedans, c’est que les employés peuvent penser qu’ils peuvent faire ça sans en parler à l’employeur. Or un employeur a le droit de requérir la présence“, explique-t-elle.

Les voyagistes multiplient les offres de vacances-travail.
PHOTO : GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO / GULCIN RAGIBOGLU

Cela dit, des employeurs montréalais ont eu à se pencher sur la question du télétravail à distance et à prendre position dans des politiques, note l’avocate. La plupart, ajoute-t-elle, ont limité le télétravail à distance à trois mois, sur approbation.

Mais encore là, il faut que l’employé garantisse la possibilité d’avoir un accès Internet fiable permettant d’exécuter toutes les tâches, comme si la personne était à Montréal ou au Québec. Et il doit aussi être disponible pour tous les appels à toute heure“, précise Marianne Plamondon.

Le nomadisme numérique va-t-il demeurer un phénomène marginal? Ce n’est pas la norme, dit Manon Poirier, de l’Ordre des CRHA. Par contre, certains employeurs confrontés à une pénurie de main-d’œuvre pourraient offrir le télétravail à distance pour attirer des talents.

C’est ce que l’expert Clément Marinos appelle un avantage en nature. “Comme dans les années 80, on fournissait une voiture de fonction, on fournissait une prime ou un téléphone portable. Aujourd’hui, on fournit la possibilité d’aller se localiser où on le souhaite“, explique le chercheur. Là, bien sûr, où le recrutement est plus difficile.

Quand ça ne fonctionne plus, quand on n’est plus capable de trouver du monde, on dit : Regarde, tu voulais travailler neuf mois ici et trois mois dans le Sud, ou six mois-six mois; j’ai tellement besoin de cette expertise-là, parce que sinon je ne peux pas livrer mes contrats […]. On a vu beaucoup d’organisations dans les dernières années avoir des méthodes très, très créatives pour attirer des profils de gens qui avaient le goût de travailler autrement“, illustre Mamon Poirier.

“Est-ce qu’en 2022 on va basculer dans ces environnements très, très flexibles? Plus qu’avant, mais pas encore la majorité des organisations, selon nous.”

Manon Poirier, directrice générale des CRHA

Interview de Clément Marinos dans l’article de Danielle Beaudoin – CBC/Radio-Canada – Publié le 22 novembre 2020

Pour retrouver l’article cliquez ici

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search